Le plein d'hydrogène, bientôt partout dans le monde. | Ed JONES / AFP

Le plein d'hydrogène, bientôt partout dans le monde. | Ed JONES / AFP

Vers une guerre de l'hydrogène entre l'Europe et la Chine?

Chacun veut se tailler la plus belle part d'un gâteau estimé à 700 milliards de dollars.

Pour de plus en plus d'acteurs privés et publics, l'hydrogène sera une composante importante de la transition énergétique. Le marché mondial de l'hydrogène pourrait représenter 700 milliards de dollars (près de 600 milliards d'euros) d'ici 2050, selon Bloomberg.

La seule Union européenne veut investir 470 milliards d'euros dans ces technologies. L'Arabie saoudite prévoit de construire une usine produisant de l'hydrogène transformable en ammoniac –pour faciliter le transport– et fonctionnant aux énergies renouvelables, pour plus de quatre milliards d'euros.

En Asie, la Chine, la Corée du Sud et le Japon affichent leur volonté de miser sur la technologie pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. L'hydrogène n'a pourtant rien d'une solution miracle: il est coûteux à produire sans polluer, compliqué à stocker et, cerise sur le gâteau, hautement inflammable.

Toutefois, il présente l'avantage de ne générer que de la vapeur d'eau lorsqu'il est brûlé. Il peut être produit en utilisant de l'électricité issue de sources renouvelables, ou bien en capturant la pollution de l'air, mais cette dernière solution est plus coûteuse.

Course à l'échalote

L'UE, notamment via son plan de relance à 750 milliards d'euros, souhaite développer une filière de production d'hydrogène «propre» à partir d'énergies renouvelables, d'une capacité de quarante gigawatts. L'industrie automobile et de l'éolien s'y intéressent, notamment pour le stockage de l'énergie.

La Chine cherche elle aussi à devenir un acteur majeur de ce nouveau marché. Premier producteur mondial d'électrolyseurs, indispensables à la production d'hydrogène, elle a ouvert l'an dernier une usine dont la capacité annuelle devrait passer de 350 à 500 mégawatts.

Le Japon et la Corée du Sud misent sur l'hydrogène comme carburant pour les camions –Hyundai prévoit d'en exporter 64.000 d'ici 2030– les avions et les trains.

En Europe, les principaux industriels prévoient d'ajouter une capacité de production de 830 mégawatts d'ici un an et Thyssenkrupp AG ou Siemens, fournisseurs d'électrolyseurs, expliquent pouvoir accompagner cette croissance. Ils n'ont aucune envie de se faire damer le pion par l'Asie dans ce qui est en train de former un marché au potentiel colossal.

En ce moment

Amazon qui rafle Noël, les chiffres secrets de «Squid Game», Poutine qui trahit sa promesse, une journée sur korii.

Et Cætera

Amazon qui rafle Noël, les chiffres secrets de «Squid Game», Poutine qui trahit sa promesse, une journée sur korii.

Cinq articles pour regarder le monde d'un autre œil.

Noël, le coup de grâce d'Amazon aux petits commerces

Biz

Noël, le coup de grâce d'Amazon aux petits commerces

Produits comme salariés, le géant met les moyens pour siphonner tout ce qui passera à sa portée.

Crise énergétique: Poutine ne tiendra pas sa promesse de mieux fournir l'Europe

Biz

Crise énergétique: Poutine ne tiendra pas sa promesse de mieux fournir l'Europe

Gazprom n'a pas prévu d'augmenter les volumes fournis.