Le e-commerce sera peut-être le plus grand gagnant de la crise. | Ina Fassbender / AFP
Le e-commerce sera peut-être le plus grand gagnant de la crise. | Ina Fassbender / AFP

Quel est le point commun entre les e-books, les sextoys et les armes?

Alors que le Covid-19 a des conséquences néfastes pour de nombreux secteurs, certaines sociétés s'enrichissent.

Au fur et à mesure de l'évolution de la crise sanitaire provoquée par le Covid-19, les États ont renforcé les restrictions. Résultat: l'économie tourne aujourd'hui au ralenti.

En France, avec la fermeture des restaurants, bars, cinémas et commerces non essentiels, on estime que 20% de l'économie est à l'arrêt total. «Il y a des secteurs qui sont en première ligne. Cela concerne surtout le service à la personne, c'est-à-dire l'événementiel, les activités sportives, les cafés, restaurants, l'hébergement et en lien avec cela, le tourisme individuel et professionnel», développe Xavier Timbeau, économiste et directeur principal de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

La fermeture des frontières a également eu des conséquences sur le transport. «Le transport aérien est pratiquement à l'arrêt», indique ainsi l'économiste. Enfin, les banques subiront aussi les conséquences de la crise, étant donné qu'elles devront soutenir les entreprises en rupture d'activité et donc en manque de trésorerie.

Il est cependant compliqué pour le moment de mesurer de manière précise l'impact économique de cette crise sanitaire puisqu'il dépend de plusieurs facteurs, notamment l'intensité du confinement et sa durée.

Selon Xavier Timbeau, il faut compter entre 10 et 20 milliards d'euros de perte de PIB par mois de confinement pour la France, soit entre 5 et 10 points de PIB sur l'année.

Modification du circuit de distribution

Malgré tout, certains secteurs bénéficient de la situation du fait d'un «déplacement du circuit de distribution», explique Xavier Timbeau: «Les supermarchés ou petites surfaces polyvalentes vont gagner sur tous les commerces spécialisés, et la vente en ligne va gagner sur tout le monde de façon probablement spectaculaire.»

On ne peut pas donner une aide au secteur du commerce, car dans ce même secteur, il y en a qui vont beaucoup gagner en activité.
Xavier Timbeau, économiste et directeur principal de l'OFCE

D'après l'institut Nielsen, la semaine du 2 au 8 mars, le «e-commerce a [...] progressé quatre fois plus vite que les magasins physiques» et, de la même manière, l'institut remarque une progression accélérée et logique du drive.

Cette modification du circuit de distribution va rendre plus difficile l'aide sectorielle. «À titre d'exemple, on ne peut pas donner une aide au secteur du commerce, car dans ce même secteur, il y en a qui vont beaucoup gagner en activité, peut-être qu'ils vont même en profiter pour augmenter leurs prix, alors que d'autres n'auront pas pu vendre pendant un, deux voire six mois», note Xavier Timbeau.

E-books, armes et sextoys

Sans surprise, dans cette crise sanitaire, le grand gagnant est le secteur du numérique. On constate ainsi par exemple une progression de la vente d'e-books, probablement en raison du confinement.

«De manière générale, l'augmentation observée actuellement est de l'ordre de plus ou moins 25%, avec une augmentation plus prononcée dans la lecture sur smartphone (+40%) que sur liseuse (+15%). Ce qui correspond à un lectorat occasionnel, car les liseuses sont plus souvent utilisées par les grands lecteurs», analyse Thibault Leonard, fondateur de Primento, distributeur et diffuseur indépendant d'e-books basé à Bruxelles.

«Les jours de stress et d'incertitude –attente des allocutions d'Emmanuel Macron par exemple–, on ressent clairement que la peur empêche les gens de se plonger dans une lecture... Mais maintenant que le confinement est instauré de manière généralisée, les ventes d'e-books [...] progressent de jour en jour», poursuit-il.

«La fermeture des librairies conduit les distributeurs à arrêter une bonne partie de leurs activités. Seule reste l'alimentation des grandes surfaces qui vendent des livres et des sites de e-commerce, qui continue pour l'instant», expose Pierre Dutilleul, directeur général du Syndicat national de l'édition.

Avec le confinement, le prêt numérique en bibliothèque va être développé, notamment via un catalogue élargi. Cependant, selon Pierre Dutilleul, cela fait longtemps que les éditeurs ont commencé le développement des livres numériques ou audio. «La pandémie n'a fait qu'accélérer le mouvement», affirme-t-il.

Autre secteur gagnant, aux États-Unis cette fois: le commerce d'armes et de munitions. La compagnie Ammo, spécialisée dans la vente de munitions en ligne, a enregistré ses augmentations les plus importantes en Caroline du Nord (+179%) et en Géorgie (+169%).

En une semaine, du 23 février au 4 mars, la société a ainsi vu ses transactions augmenter de 68%. Un achat de prévention en cas «d'effondrement de l'ordre social» pour un certain nombre d'Américain·es, d'après un article du Los Angeles Times.

Nous ne nous attendions pas à une augmentation des ventes de nos jouets en raison du coronavirus.
Johanna Rief, directrice des relations publiques DE Womanizer, fabricant de sextoys

Dans un tout autre registre, pour la période du 1er janvier au 6 mars, la marque Womanizer qui commercialise un vibromasseur clitoridien enregistre en France des ventes 40% supérieures aux prévisions et jusqu'à 135% au Canada.

«Nous ne nous attendions pas à une augmentation des ventes de nos jouets [...] en raison du coronavirus. De nombreuses personnes et entreprises sont affectées négativement par le virus et c'est également une période compliquée pour nous. Les chiffres sont donc surprenants. [...] En s'attendant à de possibles longues périodes d'isolement, seul·e ou avec son ou sa partenaire, les gens souhaitent explorer de nouvelles manières d'utiliser au mieux ce temps à la maison», suppose Johanna Rief, directrice des relations publiques de Womanizer dans un communiqué.

Un indice «Restez à la maison»

Afin de suivre la progression des entreprises qui vont bénéficier de la crise sanitaire et du confinement, le cabinet d'analyse financière américain MKM Partners a créé l'indice «Stay at home» («restez à la maison»).

Trente-trois sociétés sont concernées. Parmi elles, Netflix a gagné 8% en bourse depuis l'annonce des mesures de confinement. «C'est clair qu'il va y avoir un rush de l'audience de la télévision et des chaînes de streaming, mais c'est une petite substitution par rapport à ce qu'on perd dans le secteur du cinéma», nuance Xavier Timbeau.

Les sociétés de jeux vidéo en ligne (Activision, Epic Games...) profitent aussi du confinement. Amazon, qui figure également dans la liste de MKM Partners, annonce quant à elle dans un communiqué vouloir recruter 100.000 personnes pour faire face à une importante augmentation de la demande. La Fédération des Amis de la Terre - France, association de protection de l'être humain et de l'environnement, dénonce un opportunisme qui fait fi des problèmes sanitaires.

Le basculement vers le télétravail favorise par ailleurs le recours aux plateformes de communication interactives ou de visioconférence. L'utilisation de Slack aurait ainsi progressé de 25% ce dernier mois, selon Capital. L'enjeu désormais consiste à fidéliser les travailleurs et les travailleuses confiné·es dans l'optique d'un retour à la normale.

Les records de la santé

Enfin, les ventes de médicaments et de matériel de soin augmentent tout à fait logiquement en raison de la crise sanitaire. Les laboratoires Euromédis, spécialisés dans les produits médicaux à usage unique (notamment les gants d'examen) ont enregistré une progression de 244% en un mois, d'après un article du Figaro.

La plateforme de téléconsultation Teladoc Health, présente dans 130 pays, est également plébiscitée par les patient·es confiné·es. Selon Business Insider, elle comptait 15.000 visites par jour mi-mars.

Pour Xavier Timbeau cependant, les dépenses de santé supplémentaires en France, même si elles sont beaucoup plus élevées que d'habitude, ne compenseront pas les pertes entraînées par la fermeture des restaurants. «À l'échelle de l'économie, cela représente une goutte d'eau par rapport au fait que les gens ne vont plus au restaurant», précise-t-il.

En ce moment

Musk veut conquérir l'Europe avec des véhicules électriques d'une autonomie de 1.000 kilomètres

Biz

Musk veut conquérir l'Europe avec des véhicules électriques d'une autonomie de 1.000 kilomètres

Cela suppose des batteries moins chères et plus puissantes.

Si vous voulez un VPN, autant en prendre un qui soit sécurisé!

Tech

Si vous voulez un VPN, autant en prendre un qui soit sécurisé!

De plus en plus d’internautes utilisent des VPN. Au point de prendre parfois tout et n’importe quoi et de ne pas réellement être protégés.

Mais au fait, qui a inventé la roue?

Tech

Mais au fait, qui a inventé la roue?

D'apparence simple, elle est très complexe. Et fut d'abord appliquée à un jouet.