La course à l'espace concerne aussi de petits objets, pour lesquels la start-up californienne a conçu un lanceur miniature. | Richard Gatley via Unsplash
La course à l'espace concerne aussi de petits objets, pour lesquels la start-up californienne a conçu un lanceur miniature. | Richard Gatley via Unsplash

Oubliez SpaceX, voici Astra

Cette start-up secrète qui souhaite devenir «le FedEx de l'espace» lance des satellites pour un million de dollars.

Les fondateurs d'Astra veulent devenir «le FedEx de l'espace». L'entreprise fabrique de petites fusées pouvant être produites en masse et à bas coût, pour des vols quotidiens. L'objectif: proposer un lancement de satellite en orbite terrestre basse pour un million de dollars (900.000 euros).

Astra a été créée il y a trois ans par Chris Kemp (42 ans), un serial entrepreneur passé par la Nasa, et Adam London (47 ans), docteur en aéronautique et fondateur de Ventions, une start-up qui planchait déjà sur la miniaturisation des fusées. L'entreprise a levé plus de 100 millions de dollars auprès de fonds et investisseurs comme Acme, Airbus Ventures et le milliardaire Marc Benioff.

Les lancements rapides de satellites sont considérés comme une priorité par le gouvernement américain. Trois start-ups ont donc été sélectionnées par la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) pour le Launch Challenge.

Le défi: lancer deux fusées à quelques semaines d'intervalle. Le prix: 12 millions de dollars (11 millions d'euros). Astra s'est imposée naturellement: Virgin Orbit s'est retirée du concours et Vector Launch a fait faillite. Reste à réussir le premier lancement, prévu le 21 février à Kodiak (Alaska).

C'est pas la taille qui compte

L'essentiel de ce marché concerne de grosses fusées qui transportent plusieurs tonnes, coûtent jusqu'à 371 millions d'euros par lancement et volent une fois par mois –comme chez SpaceX. Astra se positionne sur un autre segment: de petites fusées pour de petits satellites, qui transportent environ 200 kilos, coûtent environ 900.000 euros et volent tous les jours.

Ce choix coïncide avec l'essor de sociétés comme Planet Labs, Spire Global et Swarm Technologies. Au lieu de lancer en orbite un objet gros comme une voiture, elles expédient des dizaines de sondes petites comme des balles de basket.

Astra a longtemps opéré dans le secret. Elle s'est installée sur l'ancienne base aérienne d'Alameda en Californie. Celle-ci dispose d'un bâtiment anciennement utilisé pour tester les moteurs d'avion en intérieur, équipé de longs tunnels pour les fusées et de cheminées d'évacuation pour les fumées. L'entreprise a donc pu effectuer des milliers d'essais sans se faire remarquer. Fabrication, tests et ajustements sont réalisés au même endroit –à la différence de ses concurrents.

Si elle réussit son permier lancement de satellite à Kodiak, Astra aura battu tous les records de vitesse pour une mise en orbite et l'avenir s'annoncera sans doute pour elle constellé de succès.

En ce moment

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Et Cætera

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Tech

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Entre machines programmées et organismes vivants, ces choses d'un genre nouveau ouvrent des portes sur le futur.

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Biz

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Les adeptes du mouvement FIRE ont investi jeunes pour arrêter de travailler tôt. Sans voir la crise venir.