Le pire est peut-être à venir. | Andrea Ferrario via Unsplash
Le pire est peut-être à venir. | Andrea Ferrario via Unsplash

Aux États-Unis, la crise n'explosera vraiment qu'à la fin juillet

L'intervention des autorités a limité la casse. Mais plus pour longtemps, préviennent plusieurs analystes.

«En ce moment, l'économie américaine est comparable à un gros porteur qui plane de manière régulière après que ses deux moteurs se sont éteints. Dans environ six semaines, il s'écrasera probablement sur le flanc d'une montagne», avertit le journaliste Tom Gara dans un article de BuzzFeed.

Depuis l'arrivée du Covid-19 aux États-Unis, quelque quarante millions de personnes se sont retrouvées au chômage. La moitié des ménages les plus pauvres ont subi une perte de revenus, ainsi qu'un quart des adultes. Et pourtant, les dégâts ont jusqu'ici été relativement contenus.

Selon BuzzFeed, la plupart des États ont bloqué les expulsions, les remboursements de prêts étudiants ont été interrompus et les banques ont été obligées de suspendre pendant six mois le paiement des crédits immobiliers si leur clientèle leur demandait.

«Le gouvernement a envoyé plus de 159 millions de paiements exceptionnels pouvant atteindre 1.200 dollars par adulte [1.067 euros] (plus si vous avez des enfants), et plus de 20 millions de chômeurs ont pu prétendre à 600 dollars [533 euros] de plus par semaine en allocations chômage fédérales. Le résultat [...] a été la plus forte augmentation mensuelle du revenu des ménages jamais enregistrée», détaille BuzzFeed.

Les bonnes choses ont une fin

En avril, le mois de cette hausse surprenante, les possibilités de dépenses étaient fortement réduites: pas de matchs sportifs, de cinéma, de parcs d'attraction... L'épargne a donc atteint un taux record de 33%.

Mais à partir du 31 juillet prochain, les 600 dollars supplémentaires d'allocations chômage fédérales ne seront plus versés. Les paiements de 1.200 dollars étaient une mesure ad hoc, qui n'a pas vocation à être reconduite. Les expulsions, le remboursement des prêts étudiants et immobiliers vont reprendre d'ici à octobre. Des millions de personnes vont se retrouver prises à la gorge, dans un contexte de chômage massif.

Bien que plusieurs analystes maintiennent leur optimisme quant à un rebond solide, les États-Unis risquent de ne pas se remettre de la crise avant un an, et 40% des emplois détruits pendant la pandémie pourraient l'être de façon permanente.

Le Sénat républicain refuse pour le moment de mettre en place un plan de relance plus important, et un nouveau confinement partiel en cas de seconde vague de Covid-19 ne serait qu'un clou supplémentaire dans le cercueil de l'économie américaine.

En ce moment

Un imposteur à bord d'un van Amazon rôde dans New York

Biz

Un imposteur à bord d'un van Amazon rôde dans New York

Cambrioleur, livreur créatif, policier, manigances d'Amazon? Le mystère est entier.

Les réunions en visioconférence boostent la chirurgie esthétique

Et Cætera

Les réunions en visioconférence boostent la chirurgie esthétique

La lumière blafarde des webcams nous met rarement à notre avantage.

Panique aux États-Unis: la pandémie cause une pénurie de bubble tea

Biz

Panique aux États-Unis: la pandémie cause une pénurie de bubble tea

Loin d'être anecdotique, c'est un bon exemple de l'effet de la crise sanitaire sur le commerce mondial.