Plusieurs quartiers de Manhattan ont été privés de courant le 13 juillet 2019, dont l'emblématique Times Square. | Scott Heins / Getty Images / AFP
Plusieurs quartiers de Manhattan ont été privés de courant le 13 juillet 2019, dont l'emblématique Times Square. | Scott Heins / Getty Images / AFP

Le réseau électrique privé new-yorkais à la peine

Après deux pannes massives à une semaine d'intervalle en juillet, l'entreprise ConEd est accusée de négligence.

Aux États-Unis, la gestion privée de la distribution d'électricité fait grincer bien des dents: le réseau électrique new-yorkais est possédé par Consolidated Edison, ou ConEd, une entreprise créée en 1823 et ayant petit à petit constitué un véritable monopole.

Le 13 juillet, une panne de courant dans le centre-ouest de Manhattan a plongé 73.000 personnes dans le noir pendant trois heures.

Le 21 juillet, alors que la ville subissait de fortes chaleurs, le courant a été coupé chez 30.000 client·es de ConEd à Brooklyn, dans l'espoir d'alléger la demande et de protéger le réseau.

Ces pannes à répétition excèdent la population new-yorkaise jusque dans les plus hautes sphères. Après la seconde, Andrew Cuomo, le gouverneur de l'État de New York, a déclaré sur Twitter: «Nous avons planifié cette situation avec ConEd maintes et maintes fois et ils auraient dû être mieux préparés, point.»

Municipalisation envisagée

Il semble de plus en plus évident que les infrastructures alimentant Big Apple ne sont pas assez performantes, et qu'elles sont incapables de résister à des variations climatiques extrêmes (canicules, ouragans, etc.)

Consolidated Edison semble pourtant pouvoir investir dans son réseau: en 2018, elle disposait de capitaux propres de près de 17 milliards de dollars.

La polémique sur les défaillances de ConEd tient en partie à la composition de la Public Service Commission, qui gère l'encadrement du réseau électrique: ses cinq membres ont commencé leur carrière dans le secteur privé. Contrairement à de nombreux autres États, New York n'exige pas de représentant·e des consommateurs.

Jusqu'ici, les demandes de municipalisation ou de reprise en main par l'État (local, pas fédéral) provenaient de groupes de gauche et d'écologistes, comme les Democratic Socialists of America, l'Energy Democracy Alliance ou le SANE Energy Project. L'idée commence désormais à faire son chemin dans des cercles beaucoup plus larges.

Après la seconde panne de juillet, le maire démocrate de New York, Bill de Blasio, est allé plus loin encore que le gouverneur Cuomo, en estimant qu'il ne pouvait «pas faire confiance» à ConEd. Il a annoncé vouloir lancer une enquête sur les incidents et laisser la porte ouverte à une prise en charge municipale du réseau –comme cela été fait à Paris pour l'eau, avec de bons résultats.

En ce moment

L'hydrogène rose, nouvelle arme d'EDF pour vendre ses centrales nucléaires

Tech

L'hydrogène rose, nouvelle arme d'EDF pour vendre ses centrales nucléaires

D'une pierre, deux coups.

Méga-incendie pour méga-batterie, les passeports canins du Brexit, le cynisme des influenceurs chinois, une journée sur korii.

Et Cætera

Méga-incendie pour méga-batterie, les passeports canins du Brexit, le cynisme des influenceurs chinois, une journée sur korii.

Quatre articles pour voir votre monde d'un autre œil.

Britannique cherche passeport européen pour son chien

Et Cætera

Britannique cherche passeport européen pour son chien

Les toutous anglais aussi sont victimes de la bureaucratie de l'UE.