Ça coince. | Satellite image ©2021 Maxar Technologies / AFP
Ça coince. | Satellite image ©2021 Maxar Technologies / AFP

L'Ever Given et le canal de Suez: un «Armageddon» pour les assureurs

Une autre guerre se prépare, et elle coûtera cher.

Un «scénario de type Armageddon» pour les assureurs. C'est ainsi que Chris Grieveson, associé du cabinet d'avocats spécialisés dans le droit maritime Wikborg Rein LLP à Londres, décrit l'imbroglio judiciaire qui attend le porte-conteneurs Ever Given, bloqué depuis presque une semaine dans la partie sud du canal de Suez.

Plus de 300 bateaux sont coincés en amont et en aval et chaque heure qui passe occasionne une perte de 400 millions de dollars (340 millions d'euros).

Les autorités du canal ont de leur côté indiqué que l'Égypte perd entre 12 millions et 14 millions de dollars par jour de fermeture, tandis que la revue spécialisée Lloyd's List estime que le porte-conteneurs bloque chaque jour l'équivalent d'environ 8,1 milliards d'euros de marchandises.

Qui va payer ces coûts faramineux? «Des milliers de polices d'assurance ont pu être souscrites et chacun va essayer de se renvoyer la balle», décrit Bloomberg.

«Les propriétaires des marchandises à bord du navire et des autres navires coincés dans le canal vont probablement invoquer la responsabilité civile du navire pour les pertes des denrées périssables ou des délais de livraison non respectés», avertissent des sources, sous couvert d'anonymat. Il pourrait également y avoir des réclamations pour dommages au canal.

It's war!

En première ligne figure naturellement le propriétaire du navire, la société japonaise Shoei Kisen KK, qui va certainement se voir réclamer des indemnités de la part de l'Autorité du canal de Suez (SCA).

Un porte-conteneurs de cette taille est probablement assuré à hauteur de 100 à 140 millions de dollars contre les dommages, selon des sources d'assurance citées par Reuters. L'assureur devrait également prendre en charge le coût de l'opération de déblocage.

Le UK P&I Club a confirmé à Reuters qu'il était l'assureur de l'Ever Given concernant les réclamations pour pollution et blessures. Mais les autres coûts seront probablement réassurés dans le cadre d'un programme géré par les clubs P&I (des associations d'assureurs qui couvrent mutuellement leurs risques de responsabilité civile), selon David Smith, du courtier d'assurance McGill and Partners.

En revanche, si un processus appelé «avarie commune» est déclaré, la compagnie maritime est en droit de demander des indemnisations directement au responsable de la marchandise dans le cadre du contrat commercial, explique Jérome de Riqlès, expert du transport maritime, au site d'analyse Upply.

«Cela ajoute une énorme complexité au règlement de la réclamation finale, confirme Marcus Baker, responsable des affaires maritimes chez Marsh. Et quand je dis une énorme complexité, nous parlons de plusieurs années avant que chacun sache où il en est.»

Dans tous les cas, la facture s'annonce très, très salée. «Il s'agit sans doute de la plus grande catastrophe de porte-conteneurs au monde sans accident», prédit un avocat du transport maritime cité par Reuters.

En ce moment

La branlée du Pentagone, des voitures qui roulent au sel, l'hydrogène du nucléaire, une journée sur korii.

Et Cætera

La branlée du Pentagone, des voitures qui roulent au sel, l'hydrogène du nucléaire, une journée sur korii.

Quatre articles pour poser un autre regard sur le monde.

Géant chinois de la batterie automobile, CATL fait le pari du sel

Tech

Géant chinois de la batterie automobile, CATL fait le pari du sel

Le sodium peut-il détrôner le lithium?

Le Pentagone a «misérablement échoué» lors d'une guerre simulée contre la Chine

Tech

Le Pentagone a «misérablement échoué» lors d'une guerre simulée contre la Chine

Conclusion: tout est à revoir.