Le boursicotage sur internet, ça peut rapporter gros. | Captures d'écran @austinhankwitz et @mrsdowjones via TikTok
Le boursicotage sur internet, ça peut rapporter gros. | Captures d'écran @austinhankwitz et @mrsdowjones via TikTok

Les «finfluenceurs», ces TikTokeurs qui gagnent plus que les banquiers de Wall Street

Les vendeurs de produits financiers ont trouvé le moyen de toucher un public jeune. 

En 2020, l'influenceuse la mieux payée de TikTok, Addison Rae Easterling, a engrangé 5 millions de dollars grâce à ses vidéos où elle s'affiche en chantant avec des vêtements et du maquillage de marque. Si le chant et la danse ne sont pas vos domaines de prédilection, il en existe un autre où vous pouvez (très) bien gagner votre vie sur TikTok, la finance.

Certains spécialistes ou amateurs sont ainsi devenus célèbres sur le réseau social en prodiguant des conseils d'investissements, de bons placements ou encore sur la manière de gérer son argent. D'autres font de la vulgarisation, décryptant des notions financières complexes de manière ludique.

Austin Hankwitz est l'un de ces nouveaux «fininfluenceurs». Âgé de seulement 25 ans, il gagne environ 500.000 dollars par an en partageant des conseils financiers. Il s'est également constitué un portefeuille évalué à 1,3 million de dollars depuis mars 2020, grâce à l'argent reçu des marques avec lesquelles il travaille.

BlockFi, une plateforme d'échange de cryptomonnaies, lui reverse par exemple 25 dollars pour chaque personne inscrite grâce à un code spécial. L'application de trading Public.com lui offre une rémunération mensuelle et des capitaux propres de l'entreprise pour un contrat qui comprend le remplacement des graphiques boursiers de Yahoo Finance par les leurs, raconte Bloomberg.

L'influenceur, qui compte près de 500.000 fans, a également lancé une chaîne payante sur Patreon, où il délivre des conseils plus approfondis et des analyses financières. Au total, Austin Hankwitz représente six entreprises et gagne déjà plus que certains banquiers de Wall Street.

Autre star des réseaux sociaux, Haley Sacks, alias Mrs. Dow Jones, dispense ses explications sur la finance à coups de références populaires, en comparant par exemple le fonctionnement des marchés financiers à la relation entre Kourtney Kardashian et Scott Disick. La trentenaire compte plus de 217.000 abonnés sur Instagram et négocie «des accords à six chiffres» avec les marques, rapporte Bloomberg.

@mrsdowjones

Wealthfront just became the FIRST robo-advisory to offer crypto exposure. Hit the link in bio! Disclosures @wealthfront ##financeiscool

original sound - Haley Sacks

La main dans le sac

Grâce aux aides accordées par le gouvernement américain lors de la crise du Covid, de nombreux jeunes ont pu se constituer un joli petit capital avec lequel ils boursicotent sur internet, comme en témoigne le succès de la plateforme RobinHood. Selon Bloomberg, les heures passées sur les applications financières aux États-Unis ont augmenté de près de 90% durant la pandémie et les transactions réalisées avec un smartphone ont bondi de 135%.

Le problème, c'est qu'on ne vend pas un produit financier comme un vulgaire t-shirt. En juillet, l'influenceuse Nabilla a ainsi été condamnée à 20.000 euros d'amende pour une publicité déguisée en faveur d'un site spécialisé dans le trading de bitcoin. Si accepter un contrat publicitaire rémunéré pour faire la promotion d'une marque sur internet n'est pas interdit, il est en revanche obligatoire de le signaler à ses abonnés.

En mai, TikTok a ainsi resserré ses règles en la matière, avertissant qu'elle prendrait des sanctions contre les créateurs qui publient des vidéos sponsorisées pour des services financiers sans le notifier clairement. Les sociétés elles-mêmes ne sont pas à l'abri d'une arnaque, et c'est pourquoi elles font une enquête minutieuse sur les fininfluenceurs avant de conclure un accord avec eux.

En ce moment

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Et Cætera

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Quatre articles pour jeter un autre regard sur le monde.

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Tech

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Produire sa nourriture dans des trous, c'est le concept audacieux de GreenForges.

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

Tech

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

La vitesse du vent a tendance à s'affaiblir sous les latitudes tempérées, ce qui compromet le potentiel des éoliennes.