Le Badger (le «blaireau»), une proposition de véhicule tout-terrain électrique de Nikola Motors. | AFP PHOTO / NIKOLA MOTOR

Le Badger (le «blaireau»), une proposition de véhicule tout-terrain électrique de Nikola Motors. | AFP PHOTO / NIKOLA MOTOR

Le fondateur de Nikola quitte le navire avec un joli parachute

Mais Trevor Milton n'a plus le droit de tweeter à propos de son ex-entreprise.

Coqueluche de Wall Street il y a quelques mois, le fabricant de camions à hydrogène Nikola est désormais dans la tourmente. Trevor Milton, son fondateur, a dû démissionner après qu'un fond d'investissement a accusé son entreprise de n'être qu'une vaste fraude.

Évoquant une «arnaque complexe» basée sur un «océan de mensonge», le rapport d'Hindenburg Research a fait l'effet d'une bombe. Nikola est désormais visé par deux enquêtes simultanées du gendarme de la bourse, la Securities and exchange commission (SEC), et du Ministère américain de la Justice.

Ces ennuis arrivent peu de temps après que General Motors, l'un des plus gros constructeurs automobiles du monde, enthousiasmé par les promesses de Nikola, a décidé de prendre une part de 2 milliards de dollars dans l'entreprise. Un pari sur un avenir très vaporeux, puisque Nikola n'a jamais produit un seul camion.

Alors que le cours de Nikola avait augmenté après l'annonce de ce partenariat, la valeur des actions de la licorne est rapidement redescendu. Nikola a de son côté dénoncé un rapport «faux et diffamatoire» destiné à «manipuler les investisseurs et manipuler le marché» au profit des short sellers, qui profitent d'une chute en bourse. Ce qui est le cas de Hindenburg Research.

Privé de twitter

Malgré ces protestations, Trevor Milton a démissionné de sa position de directeur exécutif et a renoncé à un bonus lié aux performances de 166 millions de dollars (141 millions d'euros) en actifs de la société et à 20 millions (17 millions d'euros) de frais de consultant.

Il ne part toutefois pas les mains vides puisque CNBC assure qu'en guise de parachute, Milton conserve le droit de partir avec 91 millions d'actions. Bien que leur valeur puisse rapidement baisser, elles équivalent aujourd'hui à un pactole de 3,1 milliards de dollars. Milton conservera aussi un statut de consultant non rémunéré.

Son successeur, Stephen Girsky, a remercié Milton pour son «leadership visionnaire». Mais selon le Financial Times, Nikola a demandé à Milton de «promptement mettre à jour son statut professionnel sur les réseaux sociaux» et lui a ordonné de faire relire ses posts concernant l'entreprise par ses avocat·es.

En ce moment

Les cryptomonnaies ont déjà une armée de lobbyistes à Washington

Biz

Les cryptomonnaies ont déjà une armée de lobbyistes à Washington

L'industrie veut donner une image innovante mais rassurante, loin de la réputation disruptive de ses partisans.

Le Pentagone veut tirer une fusée nucléaire en orbite

Tech

Le Pentagone veut tirer une fusée nucléaire en orbite

La propulsion nucléaire thermique doit permettre de mieux manœuvrer les lanceurs de satellites.

Les films Netflix peuvent-ils concurrencer Disney et Warner?

Biz

Les films Netflix peuvent-ils concurrencer Disney et Warner?

Avec la fermeture des salles, la VOD est devenue partie intégrante de la stratégie de diffusion des blockbusters.