Une banque alimentaire à Los Angeles après la décision de Donald Trump de raboter les aides alimentaires, le 25 juin 2019. | Mark Ralston / AFP
Une banque alimentaire à Los Angeles après la décision de Donald Trump de raboter les aides alimentaires, le 25 juin 2019. | Mark Ralston / AFP

Les foyers pauvres, nouvelle cible commerciale d'Amazon

Les Food Stamps américains, l'aide alimentaire locale, permettent de commander de la nourriture en ligne.

En 2019, plus de 35 millions d'Américain·es bénéficiaient du programme d'aide alimentaire SNAP, plus couramment appelé Food Stamps. Ce programme fédéral fournit à ses bénéficiaires des bons échangeables contre de la nourriture.

Plus tôt cette année, alors que la première vague de Covid-19 faisait rage et que les autorités sanitaires recommandaient de réduire les déplacements, le gouvernement a permis l'utilisation des bons SNAP pour faire ses courses en ligne et se faire livrer.

Dans la plupart des États participants, ces achats ne peuvent s'effectuer que chez Amazon et Walmart. Pour Walmart, les changements sont minimes puisque la chaîne de supermarchés accueillait déjà nombre des récipiendaires des Food Stamps. Pour Amazon en revanche, c'est une petite révolution.

Le cœur de la stratégie d'Amazon sont les abonné·es Amazon Prime, service qui, pour une centaine de dollars par an, assure la livraison gratuite en une journée. Or, cette clientèle très fidèle est plutôt aisée. Selon Bloomberg, les foyers américains abonnés à Prime gagnent en moyenne 78.000 dollars [66.000 euros] par an, soit 15% de plus que la médiane nationale.

Mais ce marché est déjà saturé par Amazon, qui compte plus de 112 millions d'abonné·es aux États-Unis. La réforme des Food Stamps arrive donc à point nommé, en lui offrant sur un plateau les foyers pauvres pour qui l'entreprise n'était traditionnellement pas une option envisagée.

Boucler la boucle

Le marché des achats en bons SNAP est immense. Selon Bloomberg, il représentait en 2019 environ 55 milliards de dollars [46,5 milliards d'euros] et la tempête économique provoquée par le Covid-19 ne devrait pas améliorer les choses.

Dans un communiqué, Kristina Herrmann, directrice du département «Populations défavorisées» chez Amazon, estime que le programme va «augmenter radicalement l'accès à la nourriture pour une clientèle plus large» et se dit «enthousiaste à propos du taux d'adoption».

Cette réjouissance n'est cependant pas partagée par tout le monde. Les associations de lutte contre la faim ont en travers de la gorge le fait que beaucoup des bénéficiaires SNAP soient eux-mêmes des employés d'Amazon.

En 2018, une enquête de The Intercept avait montré que dans les six États où ces informations étaient disponibles, Amazon figurait dans le top 20 des entreprises employant le plus de bénéficiaires SNAP.

En Arizona, une personne salariée chez Amazon sur trois était en situation de pauvreté et avait besoin des Food Stamps pour se nourrir. Boucler ainsi la boucle pourrait donc être perçu comme un sommet de cynisme.

En ce moment

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Biz

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Aux États-Unis, les promotions de fin novembre sont bien moins agitées que d'habitude.

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Tech

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Les magasins sont pris d'assaut à cause d'une pénurie.

La guerre des lobbies du «low carb»

Biz

La guerre des lobbies du «low carb»

Les partisans des régimes pauvres en glucides tentent d'influencer les normes nutritionnelles qui doivent être revues prochainement.