La part des produits textiles éthiques devrait bientôt doubler dans les rayons. | Daniel Von Appen via Unsplash
La part des produits textiles éthiques devrait bientôt doubler dans les rayons. | Daniel Von Appen via Unsplash

La mode doit se mettre à l'éthique pour satisfaire la demande

C’est ce que suggère une enquête menée auprès des gros revendeurs de prêt-à-porter.

Le marché de la mode est en plein bouleversement et il semblerait que ce soit pour le meilleur. C’est ce qui ressort d’un rapport de la chambre de commerce de la mode italienne pour la France (Camera nazionale della moda italiana), qui a interrogé les plus importants revendeurs d’articles de mode de la planète.

Fin mars, la chambre a tenu à Milan sa table ronde annuelle sur la durabilité (au sens de développement durable) dans la mode. Elle y a dévoilé, en partenariat avec le cabinet de conseil stratégique McKinsey, un rapport qui compile les réponses de plus de quatre-vingt grands magasins situés dans vingt-cinq pays, afin de cerner leurs intérêts pour les produits durables.

Parmi ces grands magazins, on trouve le Printemps mais aussi Takashimaya au Japon, ou Barneys and Saks pour les États-Unis. Rassemblés, ces quatre-vingts enseignes achètent pour cinquante milliards d’euros de mode par an.

Leur réponse, consultée par le Guardian, est sans appel: dans les cinq prochaines années, elles devraient faire passer leurs dépenses en produit durables de 23 à 40% en moyenne. Le quart d’entre elles affirment également avoir retiré au moins une marque de leur catalogue à cause de problèmes liés à des questions éthiques –maltraitance animale, accusations de discriminations ou traitement du personnel.

Choc positif

Pour Antonio Achille, un membre de McKinsey, ce rapport est un «choc positif» pour l’industrie. D’autant que les revendeurs disent ne pas se satisfaire uniquement de critères superficiels. Pour 68% d’entre eux, les caractéristiques essentielles d'une marque remplir les conditions éthiques sont «l’origine des tissus, la traçabilité des matériaux, les procédés de production et les conditions de travail», alors que «la publicité, la réputation et la philanthropie» sont perçues comme une éthique de surface.

70% de la clientèle serait «prête à payer pour un vêtement premium si ils pensent que la production a respecté les droits des travailleurs.
Extrait du rapport de la chambre de commerce de la mode italienne pour la france

Evidemment, ces magasins ne sont pas désintéressés. Vendre des biens produits de manière durable signifie pour eux à la fois faire du profit et survivre. En effet, selon ces enseignes, 70% de la clientèle serait «prête à payer pour un vêtement premium si elle pense que la production a respecté les droits des travailleurs».

Une autre raison de se montrer optimiste? Ce sont les plus jeunes –en termes de mode, les générations les plus influentes–, qui font preuve de la plus haute exigence. Selon Achille, 80% de la génération Z attache une grande importance aux produits durables. «Et ce sont elles qui seront les gardiennes de ce mouvement.» Quand jeunesse rime avec vertu.

En ce moment

Des milliers de personnes font des dons à des inconnus sur Facebook

Et Cætera

Des milliers de personnes font des dons à des inconnus sur Facebook

Quand le réseau social se mue en plateforme de solidarité directe.

La Russie casse les prix de la désinformation

Tech

La Russie casse les prix de la désinformation

250 dollars suffisent pour se payer une campagne de dénigrement de deux semaines.

Tchernobyl, un éden retrouvé?

Et Cætera

Tchernobyl, un éden retrouvé?

Plus de trente ans après la catastrophe, la zone serait devenue un paradis pour la faune et la flore, qui s'y épanouiraient comme jamais.