Il n'y a pas d'âge pour apprendre. Vraiment? | Mark Fuller via Unsplash
Il n'y a pas d'âge pour apprendre. Vraiment? | Mark Fuller via Unsplash

Greenlight veut transformer les enfants en traders

«Mamaaan, Kevin a encore provoqué un crash!»

Cette année, le nombre de foyers utilisant Greenlight –une application de finances personnelles pour enfants– a doublé, passant de un à deux millions. Et bientôt, celle-ci permettra aux enfants d'investir en bourse, sous la supervision de leurs parents.

Créée en 2014, la start-up américaine propose à l'origine une carte de crédit pour enfants, dont les parents peuvent encadrer l'utilisation. En 2018, elle a lancé un compte-épargne pour enfants, lui aussi supervisé par papa et maman (ou papa et papa, ou maman et maman, ou l'un ou l'autre).

Les parents peuvent payer leurs enfants pour effectuer des tâches à la maison via l'application. Ces derniers peuvent ensuite placer l'argent sur leur compte-épargne et générer des intérêts qui sont en réalité de l'argent versé par les parents (18% en moyenne, bien mieux que le livret A).

L'entreprise a déjà levé 81,5 millions de dollars [environ 69 millions d'euros] auprès d'investisseurs comme la banque JPMorgan Chase, le capital-risqueur Relay Ventures et le groupe financier Wells Fargo. Elle a par ailleurs tiré parti du confinement.

«Les enfants sont à la maison avec leurs parents et c'est une occasion parfaite d'essayer de leur apprendre [...] que l'argent ne pousse pas dans les arbres, qu'il faut le gagner, qu'il faut travailler pour cela», explique son fondateur, Tim Sheehan.

Bébés traders

D'ici à la fin de l'année, Greenlight veut aller encore plus loin en permettant aux enfants d'investir en bourse.

«Pour créer de la vraie richesse, vous avez vraiment besoin d'apprendre à investir. Nous voulons donc que les enfants essaient d'apprendre cela le plus tôt possible, et dans un environnement supervisé», poursuit Tim Sheehan, qui n'assistera pas à l'université d'été de La France insoumise.

Les bambins pourront donc investir dans des actions, des fonds négociés en bourse (FNB) ou encore des fractions d'actions. Mais leurs parents devront approuver chaque transaction avant qu'elle ne soit effective.

Le confinement a engendré un boom du boursicotage amateur, via des applications comme Robinhood –pour le meilleur et surtout pour le pire. Ici, les montants devraient rester faibles et les éventuelles pertes limitées, même si l'idéologie sous-jacente d'un tel projet pose question.

En ce moment

Avec son système SHIELD, la Nasa ne veut plus atterrir mais se crasher

Tech

Avec son système SHIELD, la Nasa ne veut plus atterrir mais se crasher

Et transformer à jamais l'exploration spatiale?

Avant sa «grande offensive», la Russie perd plus de 1.000 hommes et 25 chars en 24 heures

Et Cætera

Avant sa «grande offensive», la Russie perd plus de 1.000 hommes et 25 chars en 24 heures

Un triste record –et d'autres se préparent sans doute.

Les finances publiques russes ont commencé à s'effondrer

Biz

Les finances publiques russes ont commencé à s'effondrer

Du jamais-vu depuis 1998.