La Bourse de New York. | Aditya Vyas via Unsplash

La Bourse de New York. | Aditya Vyas via Unsplash

Wall Street se prépare à une récession fracassante

Les traders paniquent.

Avant la guerre, l'inflation menaçait. Désormais, le risque de récession pèse encore plus lourdement sur l'économie. Si gouvernement et banques centrales tentent de contenir la situation avant qu'elle n'éclate, les marchés financiers ont déjà plongé dans le chaos.

Après les nombreuses pénuries que la pandémie de Covid-19 a causées, l'invasion de l'Ukraine par la Russie risque d'aggraver la situation. La perturbation la plus immédiate est celle de l'énergie. Depuis le début de la guerre, le prix du baril de pétrole s'est envolé, avant de retomber puis de remonter à nouveau.

Le marché du blé aussi risque d'en pâtir, les deux belligérants représentant à eux deux environ 25% de la production mondiale. Puisque la Russie est une exportatrice majeure d'engrais, les sanctions à son encontre pourraient avoir des conséquences néfastes sur l'agriculture européenne.

Tout cela plonge les marchés financiers dans l'incertitude. Certains font une croix sur les énergies russes tandis que, d'après Business Insider, des cadres de fonds d'investissement sont au contraire persuadés que le pays parviendra à échapper partiellement aux sanctions en faisant transiter ses exports par la Chine.

Actifs toxiques

Alors que l'économie est hautement instable, les clients des fonds d'investissement et gestionnaires de fortunes souhaitent éviter tous les risques possibles. Tout les actifs connectés à la Russie sont donc devenus toxiques du jour au lendemain.

Avant même que les banques et grandes entreprises occidentales n'aient pris la décision de se retirer de Russie, les marchés financiers avaient commencé à fuir le pays de Vladimir Poutine. Dans le chaos le plus complet, Wall Street s'employait déjà à vider les portfolios de toute trace d'investissements dans le pays.

Seulement, pour s'en débarrasser, il faut bien trouver des acheteurs. Et en ce moment, ces derniers sont virtuellement non-existants. Les actifs russes se retrouvent donc dans «des sortes de limbes, explique Insider, comme si lors d'une liquidation totale, la clientèle n'avait le droit que de faire du lèche-vitrine».

En ce moment

🪖 Nouveaux mobilisés, futurs morts 🥉 La grande crise du cuivre 🦜 La guerre contre les cacatoès, une journée contre korii.

Et Cætera

🪖 Nouveaux mobilisés, futurs morts 🥉 La grande crise du cuivre 🦜 La guerre contre les cacatoès, une journée contre korii.

Quatre articles pour jeter un autre regard sur le monde.

En Australie, une «course aux armements» a commencé entre les cacatoès et les humains

Et Cætera

En Australie, une «course aux armements» a commencé entre les cacatoès et les humains

La guerre est déclarée, et aucun n'est prêt à se rendre.

Le monde doit se préparer à une grave et longue pénurie de cuivre

Biz

Le monde doit se préparer à une grave et longue pénurie de cuivre

Il est pourtant indispensable, notamment à nos horizons plus verts.