Pour une large partie de sa clientèle, les initiatives de l'entreprise d'ameublement et de décoration manquent d'envergure. | bidvine via Pixabay / Bidvine
Pour une large partie de sa clientèle, les initiatives de l'entreprise d'ameublement et de décoration manquent d'envergure. | bidvine via Pixabay / Bidvine

Le hacking IKEA, ou comment personnaliser l'impersonnel

L'entreprise encourage sa clientèle à modifier ses meubles et à partager le résultat sur les réseaux sociaux.

Comment aménager un intérieur original lorsque vous, l'ensemble de vos proches, vos voisins et les voisines de vos voisins achetez vos meubles chez Ikea? Hackez-les. Découpez-les. Montez-les à l'envers.

Construisez un bureau avec une planche en bois, jouez avec des boîtes en osier et des plaids pour aménager un coin lecture entre deux meubles dans un 15 mètres carré ou imitez ce parent débrouillard et transformez vos tabourets Frosta en vélo.

À contre-courant

La transformation de ses meubles par le grand public n'a pas toujours été un argument marketing pour I'entreprise suédoise. En 2014, la marque a brièvement fait appel à la justice pour tenter de mettre fin à l'un des sites pionniers du do-it-yourself version suédoise, IKEAHackers.net.

La créatrice du blog, Jules Yap (un pseudonyme fondé sur des noms de fournitures Ikea) y partageait depuis 2006 d'innombrables idées pour customiser des meubles de l'entreprise, monétisant ses articles grâce à des publicités.

Ikea est cependant assez vite revenue sur sa décision, prenant un tournant radical dans sa communication. «Notre ambition n'a jamais été de faire fermer la page web», s'était défendue l'entreprise dans un communiqué publié sur son site, rapporté par un article de Gizmodo. «Au contraire, nous apprécions énormément l'intérêt pour nos produits et le fait qu'il y ait des gens dans le monde qui les aiment autant que nous.»

Depuis cet incident, la marque n'a jamais fait marche arrière. «We hacked ourselves», clame même la multinationale lorsqu'elle ressort d'anciens classiques de ses collections pour son 75e anniversaire. Avec un twist.

Le hacking est devenu un «art». C'est à vous de vous approprier vos meubles. L'entreprise a compris que sa communauté de fans était une source d'innovation à rassembler et à canaliser –ainsi qu'un excellent vecteur pour son marketing et sa communication.

Elle multiplie d'ailleurs les opérations autour de la personnalisation de ses créations depuis l'année dernière: un sofa à hacker, des accessoires à ajouter aux modèles classiques pour les personnes en situation de handicap ou un hashtag #ikeaatmine pour mettre en avant des créations d'internautes.

Architectes d'intérieur et hackers

Cela n'empêche pas le hacking de meubles Ikea de continuer d'exister en dehors de l'entreprise. Des architectes d'intérieur comme Norse Interiors, Reform, Panyl ou Holte proposent des versions haut de gamme de meubles altérés. Le dernier, Holte, s'est distingué de la concurrence en ouvrant un showroom à Londres.

Les personnes coutumières du DIY, elles, continuent à partager, de leur côté, leurs expériences bon marché et inventives sur Instagram ou Pinterest. Pour une large partie de sa clientèle la plus fidèle, les initiatives d'Ikea manquent d'envergure.

«Quand un produit est accompagné d'instructions pour “le construire soi-même”, parler de “hacking” pourrait bien être un bon business», commente dans Fast Comany Aileen Kwun, autrice de Twenty over Eighty: Conversation over a Lifetime in Architecture and Design.

En ce moment

Aux États-Unis, les 1% les plus riches possèdent presque autant que les classes moyennes

Biz

Aux États-Unis, les 1% les plus riches possèdent presque autant que les classes moyennes

Plus on est ultra-riche, plus on est ultra-riche.

Les Japonaises interdites de lunettes, xHamster mieux que Facebook, sécuriser son iPhone, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Les Japonaises interdites de lunettes, xHamster mieux que Facebook, sécuriser son iPhone, aujourd'hui sur korii.

Le récap' du jour.

Google aspire les données médicales de millions de personnes à leur insu

Et Cætera

Google aspire les données médicales de millions de personnes à leur insu

Dans le cadre du «Projet Nightingale», des hôpitaux lui transmettent leurs données sans en informer les patient·es.