Huawei compte introduire l'IA dans les élevages pour suivre la santé et le poids des porcs, ou encore, détecter les maladies. | Leah Kelley via Pexels
Huawei compte introduire l'IA dans les élevages pour suivre la santé et le poids des porcs, ou encore, détecter les maladies. | Leah Kelley via Pexels

En difficulté avec ses smartphones, Huawei se lance dans le cochon

Porc, charbon, voiture intelligente... l'entreprise chinoise cherche un second souffle.

Tout est bon dans le cochon –et c'est peut-être la raison pour laquelle Huawei s'y intéresse de si près. Acculée par les sanctions américaines qui paralysent son activité, l'entreprise chinoise du secteur des télécommunications cherche à diversifier ses sources de revenus. Et l'élevage porcin se révèle être un débouché plus que prometteur pour ses technologies.

Placée sur liste noire par les États-Unis, qui accusent notamment la firme d'espionnage au profit de Pékin, et privée de fait de technologies américaines indispensables à ses téléphones, Huawei accuse le coup.

Ses ventes sont en chute libre (-42% au dernier trimestre de 2020) et plusieurs médias annoncent que l'entreprise va réduire de 60% la fabrication de ses smartphones –elle prévoirait d'en expédier 70 millions en 2021, contre 189 millions en 2020.

Face à cette débâcle, le cochon apparaît comme une solution. Comment? En adaptant les technologies de l'information et des communications de la firme aux industries traditionnelles, ici porcines. L'occasion également de mettre un pied dans un immense marché, étant donné que la Chine possède la plus grande industrie d'élevage de porcs au monde, précise la BBC.

Dans les actes, Huawei compte par exemple introduire l'IA dans les élevages pour suivre la santé et le poids des porcs, ou encore détecter les maladies.

Autre application envisagée selon le média britannique: l'entreprise chinoise pourrait utiliser son système de reconnaissance faciale pour suivre individuellement ces cochons.

Huawei, 33 ans, cherche débouchés

L'entreprise fondée en 1987 ne compte pas se contenter seulement de porcelets et de fumier, d'autres secteurs prometteurs l'intéressent également.

À la fin de l'année 2020, l'équipementier chinois en télécommunications s'est notamment lancé dans les véhicules intelligents avec sa nouvelle marque HI, la Huawei Intelligent Automotive Solution. Huawei propose ainsi des solutions informatiques pour les véhicules électriques, en partenariat avec des constructeurs automobiles.

Ce n'est pas tout: la firme compte également développer une offre pour conquérir le secteur des mines de charbon. Huawei souhaite en effet, grâce à son savoir-faire technologique, optimiser l'efficacité des extractions de ces roches, tout en renforçant la sécurité des travailleurs.

Voir ailleurs semble d'autant plus important pour la firme, que l'arrivée de Joe Biden à la présidence des États-Unis n'est pas synonyme d'un allégement des restrictions commerciales.

Nouvelle secrétaire au commerce de l'administration Biden, pas encore validée pour ce poste, Gina Raimondo a notamment indiqué qu'elle ne voyait «aucune raison» de retirer Huawei de la liste noire des États-Unis.

En ce moment

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

Tech

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

L'intelligence artificielle fait fi du concept de «permanence des objets».

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Tech

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Beaucoup trop de bruit pour pas grand-chose.

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

Tech

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

On n'est jamais trop prudent.