Tout le monde peut se tromper –mais le gigantesque pari raté de la pétrochimie se révèle désastreux pour l'environnement. | Hazem Bader / AFP
Tout le monde peut se tromper –mais le gigantesque pari raté de la pétrochimie se révèle désastreux pour l'environnement. | Hazem Bader / AFP

L'industrie pétrochimique a parié gros sur le plastique, et elle a perdu

Elle a investi massivement en raison du boom des hydrocarbures de schiste. Qui a été de courte durée.

Au cours de la dernière décennie, les géants de la pétrochimie comme Dow ou Chevron Phillips ont investi des dizaines de milliards de dollars dans des usines produisant notamment de l'éthylène. Mais elles viennent de mettre un coup d'arrêt à ces projets.

À l'époque, la demande en plastique était forte, notamment en raison du boom des hydrocarbures de schiste aux États-Unis. Le plan était alors simple: utiliser les déchets du pétrole pour produire l'un des composants clés du matériau.

Depuis 2010, les entreprises de la chimie ont investi 96 milliards de dollars [82 milliards d'euros] dans des projets destinés au secteur des hydrocarbures de schiste.

En cinq ans, la capacité de production d'éthylène dans le Golfe a augmenté de 41%. Près de 100 milliards de dollars [85 milliards d'euros] d'investissements étaient encore programmés.

Marges à l'ombre

Malheureusement, le secteur du gaz et pétrole de schiste s'est entre-temps effondré, et les marges de l'éthylène ont diminué de plus de 75%. Les dirigeants du secteur assurent que cette situation est temporaire, mais l'ère de construction frénétique de nouvelles capacités de production semble terminée.

Le Saoudien Aramco, l'Américain LyondellBasell et la joint-venture Chevron Phillips ont ainsi suspendu 17 milliards de dollars d'investissements dans des usines pétrochimiques du Golfe, tandis que les asiatiques Formosa et PTT reconsidèrent leurs projets aux États-Unis.

Les marges du secteur devraient rester bien inférieures à celles de 2015, au moins jusqu'en 2028. Entre 2015 et 2020, en raison de la baisse de la demande, la marge de la production d'éthylène s'est effondrée, passant de 558 dollars [476 euros] la tonne à 127 dollars [108 euros].

En 2022, elle devrait encore chuter pour atteindre... 50 dollars [43 euros]. À quelque chose malheur est bon: plutôt que d'investir dans la production effrénée de plastique, une partie de l'industrie se tourne désormais vers... son recyclage, jugé plus porteur.

En ce moment

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

Tech

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

L'Europe ne doit pas laisser le milliardaire faire de l'espace son Far West personnel.

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Tech

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Les capitaux affluent, mais la promesse pourrait être un peu trop belle.

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Tech

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Le fleuron de l'armée française a longtemps enchaîné les déboires à l'export.