Le siège de la Fed, le 12 avril 2022 à Washington D.C. | Stefani Reynolds / AFP
Le siège de la Fed, le 12 avril 2022 à Washington D.C. | Stefani Reynolds / AFP

L'inflation, c'est surtout dans la tête

Puis dans les portefeuilles.

8,5% en un mois. La guerre en Ukraine qui succède à la pandémie de Covid-19 entraîne une inflation galopante aux États-Unis. Celle-ci a atteint en mars un taux jamais vu depuis 1981. La situation a poussé la Fed, la banque centrale américaine, à prendre le problème à bras le corps en augmentant ses taux d'intérêt pour la première fois depuis 2018.

Comme l'explique Bloomberg, Jerome Powell, le directeur de la Fed récemment réélu pour quatre ans, doit effectuer un vrai numéro d'équilibriste afin d'agir tout en restant rassurant.

Bien que comme le note elle-même la Fed, cette certitude ne repose pas vraiment sur des bases empiriques, les économistes estiment qu'un facteur important de l'inflation se joue dans la tête, comme l'explique The Hustle. Ou plutôt, dans la confiance que les acteurs économiques ont dans le futur, peu importe la réalité du marché.

Ainsi, la simple anticipation de la hausse des prix serait un facteur accélérateur de l'inflation –difficile de revenir en arrière une fois le mécanisme enclenché. «Si l'histoire nous apprend une chose, c'est qu'une fois que les gens font une prédiction, il est très difficile de l'ajuster dans le sens inverse», explique à Bloomberg Emi Nakamura, professeure d'économie à Berkeley.

Ça va monter, ça monte, ça va monter...

Les économistes ont beau prévoir un phénomène temporaire, si les entreprises anticipent une hausse des prix, elles auront tendance à augmenter les leurs, ce qui pousse les ménages à augmenter leur consommation et à faire des réserves afin de prendre de vitesse l'inflation… qui finit par s'auto-entretenir.

Or, cet état d'esprit ne se contrôle pas simplement avec des outils monétaires. Dans les années 1970, Richard Nixon puis Gerald Ford ont tenté de mettre en place de grandes campagnes anti-inflation, sans succès. C'est finalement la brusque hausse des taux directeurs en 1981 qui a plongé le pays dans la récession et mis un coup d'arrêt à la hausse des prix. Pas vraiment la situation idéale.

Selon un sondage mené par l'économiste Richard Curtin en février, difficile d'établir un diagnostic sur le niveau d'anticipation. 49% des américains sont mécontents de la politique économique de leur gouvernement, mais seulement 10% d'entre eux ont augmenté leur consommation en prévision de l'inflation.

Le temps que la chaîne d'approvisionnement se rétablisse et que la crise ukrainienne soit résolue, Jerome Powell va donc devoir continuer de marcher sur un fil.

En ce moment

🔫 De l'importance des gros canons 💣 Le coup d'État contre Poutine 🐦 Elon Musk qui plombe Twitter: l'hebdo de korii.

Et Cætera

🔫 De l'importance des gros canons 💣 Le coup d'État contre Poutine 🐦 Elon Musk qui plombe Twitter: l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour voir le monde d'un autre œil et chasser l'ennui de votre dimanche.

🔥 Et si l'Ukraine envahissait la Russie? ⚡ Les douteux lasers russes anti-drones 🏃 La course à l'exaflop, hier sur korii.

Et Cætera

🔥 Et si l'Ukraine envahissait la Russie? ⚡ Les douteux lasers russes anti-drones 🏃 La course à l'exaflop, hier sur korii.

Quatre articles pour comprendre le monde autrement.

Supercalculateurs: les États-Unis courent derrière une Chine triomphante

Tech

Supercalculateurs: les États-Unis courent derrière une Chine triomphante

Géopolitique et concours de bits.