Le producteur de télévision Tony Ahwaji, dans son appartement ravagé par la catastrophe du 4 août. | Patrick Baz / AFP
Le producteur de télévision Tony Ahwaji, dans son appartement ravagé par la catastrophe du 4 août. | Patrick Baz / AFP

Dans un Beyrouth ravagé, les «requins» tentent de faire main basse sur l'immobilier

Des investisseurs proposent à des propriétaires désespéré·es de racheter leurs biens à prix cassés.

Pour échapper à la crise financière, Tony Kahwaji avait investi son argent dans un appartement beyrouthin à 1,7 million d'euros, relate le Wall Street Journal. Mais dix jours après son emménagement, celui-ci a été gravement endommagé par l'explosion du 4 août dernier, qui a tué au moins 180 personnes et en a blessé des milliers.

Un investisseur anonyme lui a alors proposé de racheter son appartement pour la moitié de son prix. Le cas de M. Kahwaji n'est pas isolé: nombre de propriétaires désespéré·es ont été contacté·es par d'étranges intermédiaires, qui se proposent de racheter leurs biens immobiliers avec une décote très importante.

En raison de la crise financière et bancaire, nombre de Libanais·es avaient placé leur argent dans l'immobilier: avant la catastrophe, le volume des transactions était en hausse de 50% par rapport à l'année précédente.

De mystérieux prédateurs

Mais du fait de l'importance des dégâts et de la crise financière, nombre de propriétaires n'ont pas les moyens d'effectuer les travaux de réparation consécutifs à l'explosion. Et certains individus veulent tirer profit de cette situation.

Les identités des «requins» restent mystérieuses. Les principales agences immobilières nient être associées à ce type de transactions. Certains appartiendraient à la diaspora libanaise installée en Afrique.

Ces transactions font peser plusieurs risques sur la capitale déjà meurtrie: que Beyrouth devienne une ville fantôme; que l'équilibre démographique des quartiers –chrétiens par exemple– ne soit modifié; et que des bâtiments historiques ne soient détruits par ces investisseurs sans scrupules.

En ce moment

Grosse frayeur pour l'ISS, Jeff Bezos pas astronaute, le F-35 trollé par l'US Air Force, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Grosse frayeur pour l'ISS, Jeff Bezos pas astronaute, le F-35 trollé par l'US Air Force, l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour comprendre votre monde autrement, et briller en société.

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

Biz

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

L'occasion fait le larron.

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Tech

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Le module russe Nauka a donné quelques sueurs très froides à la Nasa.