L’attractivité touristique a fait exploser le prix d’achat et a réduit l'offre pour les locations de longue durée. | Elisa Michelet via Unsplash.
L’attractivité touristique a fait exploser le prix d’achat et a réduit l'offre pour les locations de longue durée. | Elisa Michelet via Unsplash.

Lisbonne entre en guerre contre Airbnb

Un programme ambitieux prévoit de transformer les locations de courte durée en logements abordables pour les Lisboètes.

Pour la capitale portugaise, la pandémie de Covid-19, qui entraîne une chute vertigineuse du tourisme, est l'occasion de repenser la question des locations à courte durée –notamment celles effectuées via la plateforme Airbnb.

Accusées de dénaturer la ville et de provoquer une augmentation des loyers, forçant les locaux à fuir le centre historique, ces locations sont dans le viseur du conseil municipal de Lisbonne. Ce dernier vient d'introduire un programme appelé «Renda Segura», visant à transformer les habitations locatives de style Airbnb en logements abordables pour les habitant·es.

Le plan propose de payer aux propriétaires jusqu'à trois ans de loyer à l'avance afin d'imposer la décision de remplacer la location de leur logement à courte durée en une à longue durée. La ville se charge par la suite de trouver des personnes pour louer, grâce à un programme de logement destiné aux jeunes et aux familles à faible revenu.

La ville veut opérer ce changement alors que les réservations touristiques d'appartements ou de maisons sont en chute libre à cause de la pandémie –une baisse de 95% de ce secteur a été enregistrée entre mai 2019 et mai 2020, rapporte Bloomberg.

Avec ce plan, un·e propriétaire peut gagner jusqu'à 1.000 euros par mois pour un appartement de quatre chambres dans le centre-ville, auxquels peuvent s'ajouter des suppléments et des exonérations d'impôts. Ce programme pourrait débloquer 1.000 nouveaux logements pour les locaux, ajoute le média américain.

Lutter contre le surtourisme

L'arrivée massive de ceux et celles qui viennent visiter la cité portuaire est un véritable problème: l'attractivité touristique a fait exploser le prix d'achat d'un logement (+64% entre le premier trimestre 2017 et 2020) et a réduit de manière drastique l'offre pour les hébergements à louer sur une longue durée.

L'exemple est criant à Alfama, l'un des quartiers de la capitale portugaise les plus anciens et les plus apprécié par les touristes: l'augmentation des prix des sous-locations et d'achat a fait fuir les habitant·es, et 78% des appartements qui y ont été achetés en 2016 ont fini en locations à courte durée, précise Bloomberg.

Mais le programme «Renda Segura» n'est pour l'instant pas accueilli avec la ferveur escomptée. Les propriétaires préfèrent attendre que l'été passe pour voir si le tourisme reprend, afin de continuer à louer des hébergements temporairement.

Paris, Madrid, Berlin…

Lisbonne n'est pas la seule à souhaiter rééquilibrer le marché et reprendre la main sur ce phénomène. À Paris, Anne Hidalgo compte reconquérir 30.000 logements concernés par cette activité de location touristique, selon Le Monde.

Là encore, le contexte peu propice au tourisme est une occasion d'accroître l'offre de logement longue durée dans la ville. La mairesse soumettra au référendum la question du plafond de nuitées afin de le faire passer en dessous de la limite actuelle des 120 jours.

Ian Brossat, adjoint d'Anne Hidalgo chargé du logement, propose quant à lui un compromis aux propriétaires ayant des contentieux avec la ville: en échange d'un abandon des poursuites, ces personnes devront mettre leur bien sur le marché locatif à des tarifs abordables pendant au moins trois ans, à un loyer situé 20% sous le prix du marché ou respectant l'encadrement des loyers.

À Madrid, les règles de la politique locative se sont également durcies, avec pour objectif de fermer progressivement plus de 10.000 appartements loués par les visiteurs.

En Allemagne, Berlin va plus loin encore: tous les loyers dans la capitale sont gelés jusqu'en 2025 et les propriétaires qui ne respectent pas les différents règlements de location pour un temps limité risquent une copieuse amende de 100.000 euros.

En ce moment

Le nouveau Chromecast prouve que Netflix a déjà gagné la bataille du streaming

Biz

Le nouveau Chromecast prouve que Netflix a déjà gagné la bataille du streaming

Un bouton qui en dit long.

«Full Self-Driving»: Tesla lance un test grandeur nature (et c'est peut-être une mauvaise idée)

Tech

«Full Self-Driving»: Tesla lance un test grandeur nature (et c'est peut-être une mauvaise idée)

N'est-il pas un peu tôt pour baisser l'attention?

Le Royaume-Uni voulait son propre système GPS, mais n'a pas acheté les bons satellites

Tech

Le Royaume-Uni voulait son propre système GPS, mais n'a pas acheté les bons satellites

Une boulette à plus de 420 millions d'euros.