Cristiano Ronaldo célèbre son second but lors du match contre la Hongrie, le 15 juin 2021. | Alex Pantling / AFP
Cristiano Ronaldo célèbre son second but lors du match contre la Hongrie, le 15 juin 2021. | Alex Pantling / AFP

Non, Cristiano Ronaldo n'a pas vraiment coulé Coca-Cola

Un révélateur du grand n'importe quoi des marchés financiers.

Alors que la phase de poules de l'Euro de football bat son plein, Cristiano Ronaldo, la star de l'équipe portugaise, est parvenu à marquer un doublé face à la Hongrie lors de son premier match. Ce ne sont pourtant pas ses prouesses sur le terrain qui, ces dernières heures, ont agité les réseaux sociaux.

Lors d'une conférence de presse tenue la veille du match, l'attaquant a poussé hors du champ des caméras les bouteilles de Coca-Cola placées devant lui, en agitant à la place une bouteille d'eau –un geste reproduit plus tard, cette fois avec une bouteille de Heinekein, par Paul Pogba.

Le jour même, le cours de Coca-Cola, l'un des sponsors de la compétition, a dévissé de 1,6% en bourse, passant de 56,16 dollars à la clôture vendredi soir à 55,23 dollars lundi matin.

Pourtant, cette baisse de 1,6% signifie, qu'en quelques instants, la valeur de l'entreprise Coca-Cola a baissé de quatre milliards de dollars, soit 3,35 milliards d'euros. L'équivalent de 3,2 milliards de bouteilles d'un litre de coca, du fait d'un épiphénomène qui, s'il constitue certes un mauvais coup de pub, ne devrait pas vraiment avoir de conséquences sur les ventes du soda.

Affolement sélectif

Si certains estiment que l'entreprise avait commencé à plonger avant la conférence de presse, il est en tout cas certain que la baisse s'est poursuivie les jours suivants, alors que la presse relayait l'histoire.

Cette situation illustre parfaitement la volatilité actuelle des marchés financiers et leur déconnexion avec le réel économique. Si quatre milliards sont une somme difficile à imaginer, Coca-Cola reste capitalisé à hauteur de 236 milliards d'euros.

Ces derniers temps, des entreprise grandes et petites ont fait le yo-yo à la bourse à la suite d'événements ne reflétant en rien leur réalité économique, comme des tweets d'Elon Musk ou la mobilisation de trolls sur reddit.

Pendant ce temps, mis à part un épisode de baisse au début de la pandémie, la bourse ne s'est pas inquiétée outre mesure du virus qui a ravagé l'économie mondiale pendant un an, entraînant chômage record et récession.

En ce moment

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

Biz

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

L'occasion fait le larron.

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Tech

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Le module russe Nauka a donné quelques sueurs très froides à la Nasa.

«Link rot»: quand le web pourrit de l'intérieur

Et Cætera

«Link rot»: quand le web pourrit de l'intérieur

Des pans entiers du savoir humain tombent dans l'oubli.