Méfiez-vous, Google n'est pas toujours votre ami. | Google Maps
Méfiez-vous, Google n'est pas toujours votre ami. | Google Maps

Les millions d'arnaques de Google Maps

Fausses adresses, faux commerces et escroqueries organisées: prenez garde aux cartes.

Garagistes, pros du déménagement ou de la plomberie, avocat·es… tout le monde va sur Google pour trouver les spécialistes à même de résoudre les soucis du quotidien. Le premier résultat de recherche est généralement celui de Google Maps et affiche une liste de prestataires localisé·es à proximité de votre position GPS. Problème: parmi ces adresses, des millions se révèlent inexactes voire débouchent sur des tromperies pures et simples.

Dans une longue enquête, le Wall Street Journal a révélé nombre de cas, comme celui d'un magasin présenté comme tel par Google Maps sans vraiment l'être pour autant, un autre lieu prétendûment dédié à recevoir la clientèle alors qu'il abrite un bureau administratif ou le numéro de téléphone d’une véritable échoppe qui n'est pas le bon mais qui renvoie vers une arnaque.

Les scénarios sont multiples mais rarement identifiés par les personnes qui utilisent le service. Non seulement les gens font aveuglément confiance à leur moteur de recherche (90% des recherches internet mondiales sont effectuées sur Google), mais les résultats donnent la priorité à ces faux business sur les enseignes légitimes.

Noyer le poisson

Un phénomène qui s'explique facilement: en payant pour des publicités, les professionnel·les remontent dans l’algorithme de recherche de Google. C'est sur cette technique que repose la stratégie des escrocs.

Des faux spécialistes proposent de gérer la présence en ligne des commerces à leurs propriétaires avant de les arnaquer en tentant de leur extorquer davantage d’argent et/ou en les menaçant de créer de faux concurrents, mieux placés dans les résultats de recherche.

Anas Abuhazim est l’une des victimes interrogées par le Wall Street Journal. En 2018, le propriétaire de Smart Tow Inc. et Cash for Junk Cars Inc. est approché par une firme qui lui propose ses services moyennant une somme d'environ 10.000 dollars (près de 8.784 euros).

Tout semble normal jusqu’à ce que, quelques mois plus tard, la firme le recontacte et tente de le racketter de la moitié de ses revenus. En cas de refus, il est menacé d'être noyé sous des centaines de fausses annonces de concurrents.

Anas Abuhazim ne cède pas au chantage et les personnes qui le rançonnent exécutent leurs menaces: perdu dans la masse, l’entrepreneur reçoit alors moitié moins d’appels et manque de mettre la clé sous la porte.

Google profite du crime

«Il est moins dangereux de se mettre à dos le gouvernement que Google. Le gouvernement se contentera de me faire payer une amende, conclut-t-il. Mais si je disparais des résultats de recherche, je n’ai plus de travail. Google pourrait me mettre à la rue.»

Selon les expert·es interrogé·es par le quotidien américain, Google ne réagit ni assez vite ni assez bien. Surtout, la situation fait gagner beaucoup d’argent au géant du web, qui saisit l'occasion pour vendre davantage de publicité. «Je ne crois pas que Google essaye de profiter délibérément de la situation, mais le fait est qu'ils en profitent», analyse Molly Youngblood, une consultante en marketing numérique de Jacksonville pour le WSJ.

Le directeur de Google Maps, Ethan Russell s'en défend. «Google est en guerre avec un groupe extrêmement motivé d’arnaqueurs qui surveillent et détruisent en permanence les défenses que nous construisons», répond-il. Il affirme que plus de 3 millions de fausses adresses ont été détectées et supprimées en 2018.

En ce moment

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Et Cætera

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Avant de fusionner avec les machines il importe de bien (re)définir ce qui relève de l'être humain.

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Et Cætera

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Cantonné à eBay jusqu'à son interdiction, l'achat-vente de squelettes décorés se réfugie dans le flou juridique du réseau social.

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

Biz

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

La NHS est assise sur un trésor convoité par l'industrie pharmaceutique.