Alysia Montaño, l'athlète à l'initiative de cette évolution, lors de la finale des qualifications pour le 800 mètres aux JO de 2016. | Andy Lyons / AFP

Alysia Montaño, l'athlète à l'initiative de cette évolution, lors de la finale des qualifications pour le 800 mètres aux JO de 2016. | Andy Lyons / AFP

Nike va arrêter de pénaliser les sportives enceintes

Cette décision s'inscrit à la suite de la tribune d'une athlète médaillée olympique.

Financièrement, un contrat de sponsor avec Nike est le graal pour tout·e athlète. L'assurance d'une large exposition, de produits gratuits et, surtout, d'un gros chèque. Mais l'équipementier américain est exigeant: les athlètes qu'il sponsorise sont tenu·es à des critères de performance pour rester sous contrat.

Problème: cette obligation de performances n'est pas suspendue lors d'une grossesse ou d'une maternité. Une politique profondément injuste qu'a dénoncée Alysia Montaño, coureuse de demi-fond plusieurs fois médaillée du 800 mètres et en relai 4x800 mètres, dans un édito du New York Times intitulé «Nike m'a dit de faire des rêves fous, jusqu'à ce que je veuille un enfant».

Elle souligne qu'il y a quelques mois, Nike avait beaucoup fait parler avec une campagne de communication mettant l'accent sur le sexisme dans le sport et les incroyables performances de ses sportives. Mais selon elle, ce n'était que de la com'.

Féminisme de papier

Nike accepte des pauses dans les performances en cas de blessure par exemple, mais ces pauses ne sont pas assez longues pour pouvoir soutenir une grossesse. Si une sportive veut un enfant, Nike a le droit de diminuer sa paye, voire mettre fin à son contrat.

Lorsque Montaño a prévenu Nike de sa volonté d'avoir un enfant, la marque lui a donc simplement répondu qu'elle «mettrait [son] contrat en pause et [arrêterait] de la payer».

Or, comme le remarque Montaño, les disciplines comme l'athlétisme ne sont pas vraiment rémunératrices pour les sportif·ives, à qui leur fédération ne verse pas de salaire, et qui n'ont pas d'équipe comme pour le baseball, le foot ou le basket. Les contrats avec des équipementiers sont donc primordiaux.

Après que plusieurs médaillées olympiques ont manifesté leur soutien, Nike a finalement confirmé au Wall Street Journal que les futurs contrats incluraient des clauses assurant un maintient de salaire pendant les grossesses. Pour les contrats existants, la société ne veut pas les modifier mais «leur fournir les assurances appropriées afin de renforcer notre nouvelle politique».

Il reste à espérer que les autres entreprises de l'industrie suivront. Deux équipementiers sportifs, Burton et Brooks, ont d'ores et déjà annoncé prendre des mesures similaires.

En ce moment

Pour stimuler leur économie, les États-Unis ont besoin d'un milliard d'Américains

Biz

Pour stimuler leur économie, les États-Unis ont besoin d'un milliard d'Américains

Selon Matt Yglesias, l'immigration et la fertilité pourraient répondre à certains maux du pays.

Proteus, le centre de recherche sous-marin géant de Fabien Cousteau

Tech

Proteus, le centre de recherche sous-marin géant de Fabien Cousteau

L'équivalent d'une station spatiale, mais à 20.000 lieues sous les mers.

Le diesel renouvelable, ou comment «Big Oil» tente de sauver sa peau

Biz

Le diesel renouvelable, ou comment «Big Oil» tente de sauver sa peau

Changement climatique et baisse du prix du pétrole obligent, les sociétés pétrolières cherchent des portes de sortie.