Ces nomades du e-commerce restent parfois plusieurs mois sur la route. | Hanson Lu via Unsplash
Ces nomades du e-commerce restent parfois plusieurs mois sur la route. | Hanson Lu via Unsplash

Les «nomades d'Amazon» chassent les perles rares pour les revendre sur la plateforme

Dans l'ombre, ces petites mains itinérantes écument les grandes surfaces de l'Amérique rurale.

C’est un euphémisme de dire qu'Amazon est une entreprise ambitieuse. Celle que l'on surnomme la «Everything Company» domine totalement le secteur du e-commerce et son but ultime est simple: combler l'intégralité des désirs de sa clientèle.

D’un gadget en plastique à quelques centimes, en passant par une rolex sertie de diamant à 50.000 dollars ou encore par des meubles, des vêtements, de la nourriture: n'importe quel objet doit être disponible à la vente en ligne.

Il est plutôt facile pour Amazon de s'approvisionner en produits largement accessibles. Mais que se passe-t-il si un internaute désire quelque chose de très spécifique, comme un produit exclusivement vendu dans certaines enseignes concurrentes, ou un autre dont la production est terminée?

La réponse: une armée de petites mains précaires, qui a trouvé comme moyen de subsistance celui de combler les éventuelles lacunes de la plateforme.

Nomadisme commercial

Ces «nomades d’Amazon», comme le site américain The Verge les surnomme dans un reportage magnifiquement illustré, parcourent le pays à la recherche de la perle rare. Au volant de leurs camionnettes, ces itinérant·es de l'ombre écument les supermarchés de seconde zone pour y trouver des produits recherchés et sur lesquels il espèrent dégager à leur revente un petit profit via Amazon Marketplace.

Ces personnes sont souvent des hommes solitaires qui errent parfois plusieurs mois, sans destination précise, sur les petites routes américaines. «Quand je vais vers l’autoroute, explique Chris Bond, je ne sais pas si je vais tourner vers l’Est ou l’Ouest, je fais comme je sens.»

L’important est simplement de rester éloigné des grandes villes, où les enseignes commerçiales sont trop fréquentées. Et de se faire discret –charger des dizaines de consoles de jeu à l'arrière d'un van peut rapidement paraître suspect.

Nourriture pour chat et bas de pyjama

Une fois un Walmart ou un Target de campagne repéré, il faut avoir l’oeil et choisir ce qui peut être revendu à bon prix, souvent des produits de grande consommation devenus rares au fil du temps.

La nourriture pour chat qui n’est plus produite est très demandée. L’ancien modèle de bas de pyjamas de Walmart, jugé plus confortable que le nouveau, représente un bon retour sur investissement. Même chose pour certains vernis à ongle.

Pour s’assurer de la valeur d’un produit, les nomades peuvent le scanner grâce à une application Amazon afin de connaître sa valeur sur la Marketplace de la plateforme. Puis, il ne reste qu’à déduire les frais d’achat et de port et décider si la vente vaut le coup. Par exemple, un modèle réduit de la Jeep de Jurassic Park représente un profit de six dollars. Chris Anderson, l’un des nomades suivi par The Verge, en empile vingt dans son chariot.

Ces vendeurs et vendeuses de l'ombre ne sont pas des employé·es d’Amazon. Ni même des auto-entrepreneurs uberisé·s. Ils et elles ne touchent pas un centime du géant du e-commerce, mais ne font qu'utiliser sa plateforme. Amazon a toutefois intérêt à ce que ces personnes trouvent ce genre de produit pour sa clientèle afin de rester le site où l'on peut dénicher le maximum de raretés –ainsi que des produits disponibles partout ailleurs.

Après avoir envoyé les trouvailles dans les entrepôts d'Amazon, l'entreprise s'occupera de l’envoi ainsi que des éventuels retours et remboursements. Tout cela est évidemment facturé: il n'y a pas de petit profit.

En ce moment

Collapse OS, un système d'exploitation pour la fin du monde

Tech

Collapse OS, un système d'exploitation pour la fin du monde

En cas d'effondrement, les déchets technologiques auront besoin d'un logiciel pour fonctionner à nouveau.

Croissance ou récession: et si tout n'était qu'une question d'histoires?

Biz

Croissance ou récession: et si tout n'était qu'une question d'histoires?

Plutôt que de regarder les chiffres, l'économiste Robert Shiller recommande de se pencher sur les histoires pour comprendre les aléas du marché économique.

Comment Tokyo compte sauver ses JO de la canicule

Et Cætera

Comment Tokyo compte sauver ses JO de la canicule

Face aux inquiétudes, la capitale japonaise qui accueillera les Jeux olympiques d'été de 2020 cherche à se rafraîchir.