«L'OPEP va jouer un rôle sur les marchés plus important qu'à tout autre moment de son histoire.» | Chris LeBoutillier via Unsplash
«L'OPEP va jouer un rôle sur les marchés plus important qu'à tout autre moment de son histoire.» | Chris LeBoutillier via Unsplash

L'OPEP voit un grand gagnant à la transition écologique: l'OPEP

L'organisation s'imagine déjà en faiseur de rois sur le marché pétrolier. 

On aurait pu croire que la transition écologique, qui délaisse les énergies fossiles, mettrait les pays producteurs de pétrole du Moyen-Orient dans l'embarras. Eh bien pas du tout: officiellement, ces derniers affirment que cette désaffection de nombreux pays envers le pétrole va leur profiter. Car même si à très long terme, on peut supposer que la demande va se tarir, la tendance à moyen terme est plutôt inverse.

Selon l'Agence internationale de l'énergie (qui a pourtant milité récemment pour l'abandon total des énergies fossiles), la consommation mondiale de pétrole devrait atteindre 104,1 millions de barils par jour en 2026, soit une augmentation de 4,4 millions de barils/jour par rapport à 2019.

Mais comme la plupart des pays occidentaux se détournent du pétrole et réduisent leurs investissements pour des raisons politiques, ils laissent le champ libre aux pays de l'OPEP, bien moins préoccupés par les questions environnementales que par les rentrées d'argent. Selon une analyse concoctée par l'OPEP elle-même (on n'est jamais mieux servi que par soi-même), les pays de l'organisation fourniront ainsi 39% de la consommation globale de pétrole contre 33% aujourd'hui.

Les pays producteurs non-OPEP connaîtront à l'inverse un «plateau», les États-Unis voyant par exemple leur production chuter de 1,5 million de barils par jour d'ici 2045 par rapport à leur niveau actuel, rapporte le Wall Street Journal.

Le bon vouloir de l'OPEP

«L'OPEP va ainsi jouer un rôle sur les marchés pétroliers plus important qu'à tout autre moment de son histoire», prédit Neil Atkinson, consultant indépendant en énergie et ancien chef de la recherche sur les marchés pétroliers pour l'AIE. En renforçant sa position, il pourrait également influencer plus fortement le prix du brut. Contrairement à la plupart des pays producteurs, l'Arabie saoudite et ses voisins disposent d'importantes réserves facilement accessibles et ne nécessitant pas de lourds investissements.

«Cela [lui] permet d'augmenter ou de réduire sa production collective en fonction de la demande mondiale, agissant comme une banque centrale pour les marchés pétroliers», avertit le WSJ. Les pays consommateurs se retrouveraient alors totalement à la merci du bon vouloir de l'OPEP, un peu comme lors du premier choc pétrolier de 1973.

L'OPEP reconnaît certes que les énergies renouvelables vont monter en puissance, avec une part globale de la demande d'énergie de 10% en 2045 contre 2,5% actuellement, mais cela n'affectera que faiblement la demande en pétrole, qui devrait encore totaliser 28% de la demande d'énergie en 2045, contre 30% aujourd'hui. Et même si les pays émergents représentent le plus gros potentiel de croissance, les pays consommateurs risquent de se trouver fort démunis lorsqu'ils auront besoin de s'approvisionner.

En ce moment

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Et Cætera

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Quatre articles pour jeter un autre regard sur le monde.

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Tech

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Produire sa nourriture dans des trous, c'est le concept audacieux de GreenForges.

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

Tech

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

La vitesse du vent a tendance à s'affaiblir sous les latitudes tempérées, ce qui compromet le potentiel des éoliennes.