Les supermarchés français font payer les sacs depuis 2016. | Guus Baggermans via Unsplash
Les supermarchés français font payer les sacs depuis 2016. | Guus Baggermans via Unsplash

Des supermarchés font leur marge sur vos sacs

Et vous font faire leur publicité gratuitement.

Lorsque vous passez au supermarché pour des courses imprévues et que vous n’avez pas de sac sur vous, il y a des chance que vous payiez quelques dizaines de centime pour un sac en papier marron flanqué du gros logo du magasin, notent nos confrères de Quartz.

De fait, en rentrant chez vous avec ce sac en main, vous devenez un panneau publicitaire ambulant. Dès lors, est-il normal de devoir payer pour faire de la publicité? La question divise en Inde, après qu'un client se soit plaint d’être délesté de 3 roupies (38 centimes) pour un sac en papier dans un magasin de chaussures Bata.

En matière de sac, la situation en Inde est assez proche de celle en France. En 2011, le gouvernement indien a interdit les sacs plastiques gratuits à usage unique, trop polluants. Les grands magasins ont donc commencé à proposer les fameux sacs en papier rigide. Seulement, comme ils sont plus chers, ils sont désormais à la charge du client. Même scénario, donc, qu’en France depuis 2016.

Ecolos ou profiteurs?

Bata se défend en estimant que «fournir des sacs plus écologiques est un coût suplémentaire pour l’entreprise» et qu’il est donc naturel que ce soit payant. Des voix se font toutefois entendre pour souligner que les enseignes ont profité du passage au papier afin d'augmenter leurs profits quand, auparavant, fournir un sac était considéré comme faisant partie de la transaction.

Un client doit payer pour tout ce qu’il achète, et le sac ne fait pas partie du produit.
Ashok K. Aggarwal, avocat

En 2017, le magazine Capital avait enquêté sur cette pratique et s’était rendu compte qu’en France, la situation variait selon les enseignes. Certaines vendaient les sacs à prix coûtant, mais d'autres allaient jusqu'à doubler le prix afin de réaliser un bénéfice sur chaque pièce vendue.

Et cela est sans tenir compte de la publicité gratuite induite par la présence du logo imprimé sur le sac. En Inde, une association de consommateurs a donc demandé à Bata de payer 9.000 roupies (115 euros) de dommages et intérêts. Leur raisonnement étant que si ces sacs avaient vraiment un but uniquement environnemental, ils seraient gratuits.

Pour autant, pas sûr que cette plainte puisse aboutir, estime Ashok K. Aggarwal, un avocat Indien: «Un client doit payer pour tout ce qu’il achète, et le sac ne fait pas partie du produit», estime-t-il, rappelant que «ce n’est pas un achat forcé. Il n’y a pas de facturation cachée, de rupture de confiance ou de pratique déloyale de la part d’un vendeur qui déclare à l’avance le prix du sac.»

En ce moment

Les «objets cathartiques», des robots conçus pour subir vos violences, insultes et colères

Et Cætera

Les «objets cathartiques», des robots conçus pour subir vos violences, insultes et colères

Michel Luria a imaginé une série d’objets-défouloirs, faits pour être tabassés et pour imiter des réponses à la douleur.

La consommation éthique, une bénédiction pour votre pouvoir d'achat

Biz

La consommation éthique, une bénédiction pour votre pouvoir d'achat

S'efforcer de faire attention à ce que nous achetons nous rend plus confiants dans nos finances.

Personne n'arrêtera les armes imprimées en 3D

Et Cætera

Personne n'arrêtera les armes imprimées en 3D

Les plans de fabrication autrefois échangés publiquement sur les réseaux sociaux le sont désormais sous le manteau.