Patates sous copyright. | Hai Nguyen via Unsplash
Patates sous copyright. | Hai Nguyen via Unsplash

PepsiCo poursuit des paysans indiens pour avoir cultivé ses pommes de terre

La multinationale estime que ces fermiers indépendants violent sa propriété intellectuelle.

PepsiCo, la deuxième plus grosse multinationale d'agroalimentaire au monde, capitalisée à plus de 150 milliards de dollars, a décidé de réclamer dix millions de roupies, soit 128.000 euros, à quatre paysans indiens.

Le géant américain reproche aux agriculteurs d'avoir fait pousser des pommes de terre FC5. Spécialement conçues pour être plus sèches que les autres, ces FC5 sont normalement utilisées exclusivement pour produire les chips Lay's, propriété de PepsiCo.

«Nous avons pris des mesures judiciaires contre des personnes qui vendaient illégalement une variété que nous avons enregistrée», s'est défendu PepsiCo India auprès de Reuters. Les paysans, qui tous les quatre possèdent des petites exploitations indépendantes, affirment quant à eux faire pousser des patates «depuis longtemps sans aucun problème» et «utiliser en grande partie des graines des cultures de l'année précédente».

Accord à l'amidon

Ils n'ont toutefois pas expliqué comment ils en étaient venu à faire pousser des FC5. Cette variété est d'habitude fournie aux agriculteurs, qui en échange vendent toute leur production à PepsiCo. Voyant que certains paysans produisait des FC5 hors de cet accord, la multinationale a décidé d'attaquer en justice, afin, selon elle, de protéger les exploitations qui prennent part à l'accord.

Au tribunal, ce vendredi 26 avril, PepsiCo a accepté de laisser tomber sa plainte à une condition: soit les agriculteurs cultivent une autre variété, soit ils gardent les FC5 mais les lui vendent exclusivement.

Mais localement, peu de personnes veulent de ce règlement à l'amiable. Des activistes accusent PepsiCo d'envoyer des détectives privés qui se font passer pour de potentiels acheteurs pour prendre des vidéos et des échantillons de pommes de terre, ainsi que d'exercer des pressions sur les agriculteurs indépendants.

Un parlementaire indien, Ahmed Patel, a rejoint la cause en estimant que la décision de PepsiCo est «mal avisée et injuste» et que «le gouvernement ne devrait pas fermer les yeux. Les intérêts privés ne peuvent pas dicter ce que nos fermiers doivent ou pas cultiver».

En Inde comme dans le reste du monde, la question de la brevetabilité du vivant comme celle de la relation entre multinationales toutes-puissantes et agriculteurs indépendants restent donc posées et problématiques.

En ce moment

Des squelettes à vendre sur Insta, une app pour la PMA, des milliards en data, l'éthique des cyborgs, c'était aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Des squelettes à vendre sur Insta, une app pour la PMA, des milliards en data, l'éthique des cyborgs, c'était aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Et Cætera

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Avant de fusionner avec les machines il importe de bien (re)définir ce qui relève de l'être humain.

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Et Cætera

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Cantonné à eBay jusqu'à son interdiction, l'achat-vente de squelettes décorés se réfugie dans le flou juridique du réseau social.