Phineas Fisher est l’un des hackers les plus influents et connus au monde. | Sebastiaan Stam via Unsplash

Phineas Fisher est l’un des hackers les plus influents et connus au monde. | Sebastiaan Stam via Unsplash

Un hacktiviste offre 100.000 dollars à qui s'en prendra aux institutions capitalistes

Phineas Fisher veut inciter les pirates à utiliser leur savoir-faire contre les banques et les sociétés pétrolières, symboles de l'élite financière mondiale.

«L'élite financière mondiale oppresse, ses institutions ne sont pas des victimes [...]. Le piratage des représentants de cette élite et la restitution de la plus infime fraction de la richesse volée ne font pas d'eux des victimes», a confié le hacker Phineas Fisher à Vice.

Le célèbre pirate informatique propose aux hackers du monde entier un défi, via un manifeste publié vendredi: il récompensera à hauteur de 100.000 dollars toute personne qui effectuera des piratages à motivation politique, conduisant à la divulgation de documents d'intérêt public.

Comme l'indique Phineas Fisher, ces fichiers peuvent par exemple provenir des sociétés minières et d'élevage d'Amérique du Sud, de la firme de surveillance israélien NSO ou encore de la société pétrolière Halliburton. Il précise aussi qu'il paiera en cryptomonnaie, que ce soit en Bitcoin ou en Monero.

«C'est de la cybercriminalité, mais c'est aussi de l'activisme. C'est motivé par un désir de changement social, ajoute-t-il. Le piratage pour obtenir et divulguer des documents d'intérêt public est l'un des meilleurs moyens pour les pirates informatiques d'utiliser leur capacité au profit de la société.»

Ce que propose Phineas Fisher n'est ni plus ni moins qu'une prime au bug –un bug bounty. La plupart des programmes de ce genre sont gérés par des entreprises pour encourager les personnes qui ont fait de la recherche en sécurité leur métier à trouver des failles dans leurs logiciels, pour ensuite les corriger afin de rendre leurs services plus sûrs. Dans ce cas, il ne s'agit pas de renforcer la sécurité de ces sites, mais bien d'en dénoncer les dérives.

«Un outil puissant contre les inégalités»

Dans son manifeste, Phineas Fisher a également affirmé avoir piraté une banque offshore et appelle les hacktivistes –contraction de hacker et activisme– à se joindre à la lutte contre les inégalités et le capitalisme. Il a déclaré avoir piraté en 2016 la Caïmans Bank and trust Company de l'île de Man, une île située entre le Royaume-Uni et l'île du Nord.

Cette dernière exaction viendrait allonger la longue liste de ses faits d'armes: piratage des données du fabricant du système espion FinFisher en 2014; intrusion dans les serveurs d'une société italienne ayant conçu un logiciel de surveillance pour la police et les agences de renseignement du monde entier; frappe informatique visant un syndicat de police espagnol ainsi que le parti au pouvoir en Turquie, etc.

Phineas Fisher est aujourd'hui l'un des hackers les plus influents et les plus connus depuis les années Anonymous et LulzSec.

«Je pense que le piratage informatique est un outil puissant pour lutter contre les inégalités économiques, explique-t-il à Motherboard. Le hacktivisme n'a encore montré qu'une fraction de sa capacité de nuisance.»

En ce moment

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Tech

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Peu coûteuse et adaptable, cette machine taillée pour le jeu a aussi fait des miracles en sciences.

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

Et Cætera

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

De la lecture et des surprises pour votre samedi.

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Et Cætera

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'huii.