Il est possible de perdre dans la nature des millions d'euros de cryptomonnaies. | André François McKenzie via Unsplash
Il est possible de perdre dans la nature des millions d'euros de cryptomonnaies. | André François McKenzie via Unsplash

Un mot de passe disparaît, 150 millions de dollars s'envolent

L'étourderie (et la mort) du fondateur d'une plateforme de change de cryptomonnaies pourrait coûter très, très cher à ses utilisateurs et utilisatrices.

Imaginez un banquier. Un banquier parano ou zélé qui, soucieux de protéger les fortunes laissées par sa clientèle dans les coffres de son institution, déciderait de les rappatrier dans un lieu tiers, fermé par une porte à la serrure indestructible, dont lui seul posséderait le code. Imaginez que ce banquier décède. Envolées, les fortunes. Énervées, les clientes et les clients.

150 millions de dollars dans la tombe

Cela ressemble à une mauvaise histoire de Far West mais ce genre de mésaventure peut pourtant encore se dérouler aujourd'hui –et, de manière plus surprenante, dans le monde apparemment très sécurisé des cryptomonnaies. C'est ainsi que les utilisateurs et les utilisatrices de la plateforme de change canadienne QuadrigaCX ont eu la désagréable surprise, lors de la mise sous régime de protection des créanciers, de découvrir qu'une grande partie des 250 millions de dollars canadiens (environ 166 millions d'euros) qu'elle détenait s'était évaporée dans la nature 2.0.

Le responsable serait le fondateur de la plateforme, Gerald Cotten, selon sa veuve Jennifer Robertson, initiatrice de la procédure. Celui-ci, exactement comme le banquier de la fable initiale, aurait cherché à mettre environ 150 millions de dollars en cryptomonnaies à l'abri de tout en les stockant sur un «cold storage». Soit une «chambre froide» en français, c'est-à-dire un appareil non relié à internet et que seul un mot de passe a priori incassable peut ouvrir. Cotten, qui n'a bien sûr pas noté ledit mot de passe sur un post-it collé à son écran, est mort. Étant le seul à connaître la clé de ce porte-monnaie très garni, il a donc emporté son secret dans sa tombe. Oups.

Une poignée d'expertes et d'experts, ébaudis par tant de légèreté, doutent tout de même du caractère accidentel et fortuit de cette complète disparition. Comme le rapporte le site spécialisé CCN, des Sherlock ou des Charlotte Holmes de la blockchain auraient ainsi détecté quelques mouvements suspects liés aux cryptomonnaies concernées et postérieurs au décès de Gerald Cotten. Soit le crime profitera à quelqu'un, soit cette incroyable bourde ne profitera qu'à la postérité –dans les deux cas, l'affaire est à suivre.

En ce moment

Et si la coopérative était la réponse à l’uberisation?

Biz

Et si la coopérative était la réponse à l’uberisation?

À New York, des personnes qui gagnent leur vie en faisant le ménage travaillent via une plateforme qui leur appartient mutuellement –pour 5% de leurs revenus.

Plus on connaît un algorithme, moins on lui fait confiance

Tech

Plus on connaît un algorithme, moins on lui fait confiance

Une chercheuse estime que la capacité d'échapper à la dépendance vis-à-vis des ces formules mathématiques est à l'origine d'une nouvelle fracture numérique.

La concurrence pousse Netflix à la transparence des chiffres

Biz

La concurrence pousse Netflix à la transparence des chiffres

La plateforme a fait part de sa volonté d'ouvrir ses données aux producteurs comme au public: une nouveauté de taille et un signe que la concurrence est prise très au sérieux.