Des ouvrières dans une usine de textile de Dhaka, au Bangladesh, en 2012. | Munir Uz Zaman / AFP

Des ouvrières dans une usine de textile de Dhaka, au Bangladesh, en 2012. | Munir Uz Zaman / AFP

En Asie, les usines textiles gravement touchées par la crise

Faute de commandes, une explosion du chômage se profile au Bangladesh ou au Cambodge.

Les magasins de vêtements, comme les autres commerces non-essentiels, ont fermé à travers le monde du fait de la pandémie de coronavirus. Leurs boutiques en ligne sont aussi en berne, alors que les consommateurs coincés à domicile recentrent leurs priorités sur les achats primordiaux.

Certaines entreprises garantissent pour l'instant un salaire à leurs employé·es mais rien n'est certain sur le long terme, et des plans sociaux massifs sont déjà envisagés. À ceci il faut encore ajouter que leur mise en berne économique frappe très durement leurs fournisseurs.

Les plus gros clients de l'industrie, dont H&M, Zara ou Primark ont annoncé qu'ils ralentissaient voire arrêtaient leur production. En plus de ne plus passer de commandes, certaines de ces marques ont aussi décidé de ne pas acheter les stocks produits qui n'ont pas encore été expédiés.

Au Bangladesh, au Myanmar, au Cambodge, le scénario se répète: les commandes sont annulées, les usines ferment et des milliers d'ouvrièr·es perdent leur travail. La plupart de ces manufactures sont situées dans des pays pauvres où ces petites mains dépendent de leur maigre paye pour survivre.

Risque de «chaos social»

Le Wall Street Journal a par exemple interrogé le propriétaire d'une usine bangladaise qui se retrouve avec 14.500 jeans de la marque Peacocks sur les bras, après que l'entreprise a finalement annulé sa commande. Un cas de figure que l'on retrouve par centaine.

Les fabricants de textile sont dépendants des leaders du prêt-à-porter, alors que ces derniers ont l'embarras du choix quant aux producteurs à qui passer commande. Par conséquent, les manufactures sont très hésitantes à entamer des poursuites en justice, de peur de s'alliéner leur clientèle.

D'après le professeur Sheng Lu, un spécialiste de ce type de commerce, un déclin des exports de 10% pourrait, dans un pays comme le Bangladesh, se traduire par une baisse de l'emploi de 4 à 9%.

Rubana Huq, la présidente de l'Association des fabricants et exportateurs de vêtements du Bangladesh souligne que rien que dans son pays, les emplois de 4,1 millions de personnes sont dans la balance: «C'est un chaos social que nous ne pouvons pas nous permettre.»

En ce moment

Les inquiétantes failles de sécurité du nucléaire militaire américain

Et Cætera

Les inquiétantes failles de sécurité du nucléaire militaire américain

La sûreté semble trop souvent compromise dans le fameux laboratoire de Los Alamos.

La Sibérie, terre promise des cryptomonnaies?

Tech

La Sibérie, terre promise des cryptomonnaies?

La région pourrait devenir un enjeu stratégique pour l'indépendance numérique russe.

Cet été, adonnez-vous au «glamping»

Biz

Cet été, adonnez-vous au «glamping»

La mode est au camping glamour, dont le marché explose à la suite de la crise sanitaire.