Apparemment, ça matche. | Juliette F via Unsplash
Apparemment, ça matche. | Juliette F via Unsplash

4,7 millions de personnes paient pour utiliser Tinder

La société Match Group, qui possède Tinder, se pose comme la reine des applications de rencontres.

L'action de Match Group a bondi de 12% lors de l'annonce de ses résultats du premier trimestre 2019. Ses actionnaires et investisseurs peuvent voir l'avenir en rose: la firme, également éditrice des sites Match.com, OkCupid et de l'app Hinge, semble avoir parfaitement compris comment transformer en or massif les besoins de rencontres –et plus si affinités– des individus modernes.

La tête de gondole de Match Group est assurément Tinder. L'application compte désormais 4,7 millions d'abonné·es payant·es dans le monde, soit 1,3 million de plus qu'à la même période l'an passé.

Au total, Match Group a réalisé sur les douze derniers mois un chiffre d'affaires de 465 millions de dollars [près de 414 millions d'euros], un résultat en hausse de 14% par rapport au premier trimestre 2018.

Le besoin existe, le désir aussi

Le site Axios note que ces belles performances vont sans doute s'accentuer: la société est particulièrement bien placée pour tirer profit des transformations sociétales de l'époque, notamment des mariages de plus en plus tardifs et d'une attitude de plus en plus favorable envers les sites et applications de rencontres.

Ce qui est vrai de l'autre côté de l'Atlantique l'est également dans l'Hexagone: selon l'Observatoire 2018 de la rencontre en ligne publié par l'Ifop, 26% des Français·es déclarent s'être déjà inscrit·es sur un site ou une application de rencontres, contre 16% en 2011. Un accès plus aisé aux outils numériques explique en partie cette démocratisation de l'usage en France.

Les sites et applications de Match Group ont encore une grande marge de progression –comme les services concurrents. Dans ses résultats trimestriels, la firme américaine annonce d'ailleurs vouloir amplifier sa présence sur le marché asiatique.

En ce moment

Les réunions en visioconférence boostent la chirurgie esthétique

Et Cætera

Les réunions en visioconférence boostent la chirurgie esthétique

La lumière blafarde des webcams nous met rarement à notre avantage.

Panique aux États-Unis: la pandémie cause une pénurie de bubble tea

Biz

Panique aux États-Unis: la pandémie cause une pénurie de bubble tea

Loin d'être anecdotique, c'est un bon exemple de l'effet de la crise sanitaire sur le commerce mondial.

Derrière la bataille UEFA vs Super League, la course aux financements

Biz

Derrière la bataille UEFA vs Super League, la course aux financements

Comme souvent dans le foot, l'argent est le nerf de la guerre.