Une enseigne publicitaire pour le jeu Hearthstone, lors de la Gamescom 2014, à Cologne. | Patrick Stollarz / AFP
Une enseigne publicitaire pour le jeu Hearthstone, lors de la Gamescom 2014, à Cologne. | Patrick Stollarz / AFP

Après sa sanction pro-Chine, Activision Blizzard perd un sponsor

La pénalité d'un joueur hongkongais pro-manifestations continue d'attirer les foudres sur l'éditeur de jeux vidéo.

Activision Blizzard ne s'attendait certainement pas à un scandale pareil en sanctionnant Chung Ng Wai, surnommé «Blitzchung», un joueur professionnel de Hearthstone accusé de violer les règlements de l'entreprise.

Lors d'un live début octobre, «BlitzChung» a profité d'une interview après une victoire pour enfiler des lunettes de ski, un masque à gaz, et scander un slogan de soutien aux manifestant·es de Hong Kong, alors que les règles de Blizzard interdisent normalement les déclarations politiques.

Le joueur de Hearthstone hongkongais «BlitzChung» appelle à la libération de son pays dans une interview après une partie.

Cet événement, qui aurait pu passer relativement inaperçu, a reçu une réponse rapide et sévère de la part de Blizzard. Chung, ainsi que les deux commentateurs qui l'interviewaient, ont été bannis des compétitions pour un an. Le joueur s'est aussi vu retirer la dotation financière censée récompenser sa victoire.

Malgré les dénégations de Blizzard, cette sanction est largement considérée comme un moyen de préserver ses activités commerciales en Chine. De multiples appels au boycott ont alors essaimé sur les réseaux sociaux, des mouvements de contestation ont pris corps au sein même de l'entreprise et des parlementaires ont appelé le développeur à revenir sur sa décision.

Mitsubishi mécontent

Sans surprise, il semblerait que le scandale ait aussi eu un effet sur les sponsors de l'éditeur. Le Daily Beast rapporte que Mitsubishi Motors Taiwan, qui sponsorisait la ligue d'e-sport Asie Pacifique d'Hearthstone a décidé de rompre ses liens avec Blizzard.

La rumeur avait enflé sur Reddit lorsqu'un internaute s'est rendu compte qu'un live avait été modifié afin d'effacer le logo de la marque. Une porte-parole de l'entreprise a ensuite confirmé au Daily Beast avoir annulé son sponsoring deux jours après le début du scandale.

Malgré sa tentative d'apaisement le 12 octobre, en réduisant de six mois la pénalité de Chung et des deux commentateurs, et rendant au joueur sa récompense financière, Blizzard traîne encore le poids de sa décision.

C'est donc avec un sponsor en moins et sous la menace de manifestations de la part des joueurs et des joueuses que se tiendra le 1er novembre la prochaine BlizzCon, sa grand-messe annuelle. L'édition 2019, Overwatch 2 devrait être annoncé, sera mouvementée.

En ce moment

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Tech

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Peu coûteuse et adaptable, cette machine taillée pour le jeu a aussi fait des miracles en sciences.

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

Et Cætera

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

De la lecture et des surprises pour votre samedi.

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Et Cætera

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'huii.