La vie est de moins en moins rose pour les firmes modèles de la «gig economy». | Thought Catalog via Unsplash
La vie est de moins en moins rose pour les firmes modèles de la «gig economy». | Thought Catalog via Unsplash

Uber et Lyft devraient 413 millions de dollars à la Californie

Le bras de fer entre l'État et les plateformes se poursuit afin que ces dernières paient leurs charges sociales.

Selon une récente étude du Labor Center de l'université de Berkeley reprise par Vice, Lyft et Uber devraient –virtuellement du moins– la coquette somme de 413 millions de dollars [383 millions d'euros] au seul État californien.

En application depuis septembre 2019, la California Assembly Bill 5, dite «loi AB5», oblige les plateformes de la «gig economy» à considérer leurs collaborateurs et collaboratrices comme des salarié·es et non comme des indépendant·es. À ce titre, les firmes sont redevables des diverses taxes et charges sociales associées à leur masse salariale, qu'elles ont jusqu'ici esquivées.

Or, les autorités californiennes n'ont pas attendu la loi de 2019 pour tenter de requalifier ces contrats: dès 2015, le bras de fer s'engageait et la California Employment Development Department stipulait qu'un VTC du sud de l'État était en droit de demander à être considéré comme un·e salarié·e d'Uber en vertu des liens entretenus avec la firme.

C'est en appliquant le taux normal de charges sociales classique sur les revenus estimés de ces salarié·es invisibilisé·es –près de 800.000 personnes en 2018– que l'équipe de recherches du Labor Center est arrivée à ces 413 millions de dollars de manque à gagner pour l'État californien.

«Ce rapport démontre la manière dont des entreprises valant des milliards de dollars font reposer le fardeau sur les épaules des travailleurs et des contribuables», s'insurge Art Pulaski, secrétaire et trésorier de la California Labor Federation. «Les chauffeurs ont du mal à payer leurs factures et à se nourrir pendant qu'Uber et Lyft escroquent les contribuables d'un demi milliard de dollars.»

Effet boule de neige

Cette étude et l'écho qu'elle rencontre montre à quel point le modèle de l'économie de plateforme peut être fragilisé par la puissance publique ou la justice. Dans le New Jersey, Uber seule a été condamnée fin 2019 à payer la somme non négligeable de 650 millions de dollars pour n'avoir pas payé de charges entre 2014 et 2018. Un effet boule de neige est donc à craindre.

Ken Jacobs, l'un des nombreux chercheurs de l'étude, explique les justifications des deux géants: «Les entreprises se défendent en avançant que de par la nature de leur activité –tout le monde peut conduire le véhicule qu'il veut– les chauffeurs n'ont pas besoin d'avoir accès à une assurance chômage.»

Un sondage effectué sur 1.087 chauffeurs et conductrices a montré que 49% des répondant·es ont déposé une demande d'allocation chômage n'ayant jamais abouti –les entreprises font barrage et refusent de les déclarer en tant que salarié·es. Dans un autre sondage, on peut lire que la période actuelle, dictée par le coronavirus, a réduit de 75% les revenus de plus de la moitié des répondant·es –elles et ils se retrouvent donc sans activité ni filet de sécurité.

En ce moment

Greenlight veut transformer les enfants en traders

Biz

Greenlight veut transformer les enfants en traders

«Mamaaan, Kevin a encore provoqué un crash!»

Le plus gros avion amphibie du monde, un atout maître pour l'armée chinoise

Et Cætera

Le plus gros avion amphibie du monde, un atout maître pour l'armée chinoise

L'AG600 pourrait aider la République populaire à affermir sa mainmise sur la mer de Chine méridionale.

Les dix principaux gestionnaires d'actifs alimentent la volatilité des marchés

Biz

Les dix principaux gestionnaires d'actifs alimentent la volatilité des marchés

De BlackRock à Vanguard, les grands investisseurs institutionnels ont le pouvoir de faire trembler la finance.