Elon Musk, le PDG de SpaceX, lors d'une conférence de presse au siège de sa société, le 10 octobre 2019. | Philip Pacheco / AFP

Elon Musk, le PDG de SpaceX, lors d'une conférence de presse au siège de sa société, le 10 octobre 2019. | Philip Pacheco / AFP

L'astuce de SpaceX pour retenir ses talents tout en les sous-payant

Un marché financier interne sert de carotte aux salarié·es éventuellement mécontent·es.

Sur Glassdoor, un site ou les employé·es ou ex-employé·es peuvent noter leur entreprise, les commentaires à l'égard de SpaceX, l'entreprise spatiale d'Elon Musk, sont peu élogieuses.

Certain·es décrivent leur job comme «sous-payé», d'autres parlent d'une «compensation minimale». Il est même parfois estimé que la société pratique «les plus bas salaires de l'industrie», alors que les effectifs sont soumis à la pression constante de deadlines très serrées.

Comment l'entreprise d'Elon Musk retient-elle malgré tout ses talents? D'après des salarié·es et investisseurs ayant accepté de témoigner auprès de Business Insider, l'entreprise a imaginé un système de stock-options qui dispose d'un «facteur de rétention énorme».

Pour obtenir des actions, le processus n'est pas foncièrement différent de celui d'autres start-ups. Dans la limite de 15% de leur salaire, les employé·es peuvent acheter des parts pour 90% de leur valeur. Cette valeur est réévaluée tous les six mois environ –dans le cas de SpaceX, quasiment toujours à la hausse.

Un million de dollars maximum

SpaceX étant une entreprise à capitaux privés, ses actions ne peuvent pas s'échanger sur les marchés financiers. Toutes les tentatives de transaction directe peuvent et sont bloquées par l'entreprise.

À la place, SpaceX propose de prendre elle-même l'opération en charge, grâce à une sorte de marché financier interne. Chaque semestre, les salarié·es choisissent leur quantité de stock-options à vendre. Avec le total récolté, la société se tourne vers des investisseurs de confiance qu'elle sélectionne elle-même, afin de les revendre et de lever des fonds.

Selon un investisseur qui s'est confié à Business Insider, «ils autorisent normalement la vente de 10% à la fois, ou au maximum d'un million de dollars. Comme ça, si un employé de la première heure ou un cadre de l'entreprise détient dix millions en actions, il ne va pas vouloir tout vendre et partir».

Ce contrôle permet à la fois de surveiller de très près qui détient des parts dans l'entreprise et de rester une option intéressante pour les employé·es, qui peuvent ponctuellement toucher de petites fortunes et sont incité·es à rester.

Pour partir avec ses actions et les vendre ensuite, le seul moyen est en effet d'attendre que SpaceX devienne publique, ce qu'Elon Musk n'a pour l'instant aucune intention de faire.

En ce moment

Un PowerPoint qui tue, la fusée géante de la NASA, l'astuce pour tromper les GAFAM, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Un PowerPoint qui tue, la fusée géante de la NASA, l'astuce pour tromper les GAFAM, l'hebdo de korii.

Les dix meilleurs articles de la semaine, pour un dimanche sans une trace d'ennui.

Un polymère transforme vos déchets électroniques en or

Tech

Un polymère transforme vos déchets électroniques en or

Vos vieux ordis ou smartphones contiennent des trésors qui peuvent être extraits grâce à la chimie.

Grâce à ses batteries, le nouveau TGV japonais résiste aux séismes

Tech

Grâce à ses batteries, le nouveau TGV japonais résiste aux séismes

Le Shinkansen N700S -avec un «S» pour «suprême»- peut se déplacer même en cas de coupure de courant.