Une fusée de SpaceX embarque sa petite famille de satellites dans l'espace. | Official SpaceX Photos via Flickr 
Une fusée de SpaceX embarque sa petite famille de satellites dans l'espace. | Official SpaceX Photos via Flickr 

Avec Starlink, Elon Musk se ruine pour sa clientèle

SpaceX subventionne massivement son matériel pour accaparer le marché. Au risque de tout perdre?

C'est la méthode désormais classique des jeunes entreprises aux grands projets de domination mondiale: dépenser vite et sans compter, avec l'appui des banques et des investisseurs, pour s'assurer d'écraser les velléités d'éventuelles concurrentes.

Ainsi de SpaceX et de Starlink, le projet d'Elon Musk de doter l'orbite terrestre d'un maillage de dizaines de milliers de petits satellites, afin d'offrir un accès à l'internet haut débit à l'ensemble de la planète, zones reculées comprises.

Plus de 700 satellites ont déjà été lancés par des fusées Falcon 9, et une version beta du service est disponible pour une clientèle avide de nouveautés technologiques. Après des retours initiaux plutôt négatifs, le système semble bien fonctionner sur le plan technique.

Pour les client·es, il coûte 99 dollars [84 euros] par mois, auxquels il faut ajouter 499 dollars [422 euros] pour un kit de démarrage indispensable à la mise en route de la connexion.

La somme est loin d'être négligeable, et c'est là que le bât semble blesser: selon certains analystes repris par Business Insider, ce kit coûterait beaucoup plus cher à la firme, qui subventionnerait donc massivement son acquisition de clientèle.

L'antenne réseau à commande de phase («phased-array antenna» en anglais) fournie par Starlink est, d'après les spécialistes, un objet de très haute technologie qui peut coûter jusqu'à 10.000 dollars.

«C'est l'un des ensembles technologiques les plus sophistiqués que j'aie pu voir, et il s'accompagne de logiciels extrêmement sophistiqués eux aussi», déclare Roger Rusch, de TelAstra, au site américain.

Gloire ou désastre

Elon Musk lui-même n'a eu de cesse d'expliquer que la baisse du coût de revient d'un tel équipement était pour SpaceX et Starlink un enjeu technologique vital, qui doit être résolu pour éviter la banqueroute pure et simple du projet.

«Il est probable que Starlink subventionne chaque terminal à hauteur de 1.000 dollars au moins, et possiblement jusqu'a 2.000 dollars», a indiqué l'expert en communication par satellite Tim Farrar. «Il faudrait des dizaines de milliers de clients pour pouvoir faire baisser ces subventions à 1.000 dollars ou moins.»

Tout ceci ne concerne que le coût du matériel terrestre et ne prend pas en compte les fortunes que la firme dépense pour fabriquer et lancer ses satellites. Le jeu en vaut néanmoins la chandelle.

Car si SpaceX n'est pas la seule sur le marché des télécommunications, même par satellite, celui-ci est colossal, estimé à plus de 1.000 milliards de dollars annuellement.

Et si SpaceX réussissait à capter ne serait-ce qu'une part minime de ce marché, elle pourrait selon Morgan Stanley engranger entre 30 et 50 milliards de dollars par an et doubler sa capitalisation boursière.

Comme ce fut le cas pour Tesla, passée proche de la faillite dans ses première années, c'est donc sur le fil du rasoir qu'Elon Musk effectue son pari fou: la fortune sera immense ou la chute sera terrible.

En ce moment

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Biz

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Aux États-Unis, les promotions de fin novembre sont bien moins agitées que d'habitude.

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Tech

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Les magasins sont pris d'assaut à cause d'une pénurie.

La guerre des lobbies du «low carb»

Biz

La guerre des lobbies du «low carb»

Les partisans des régimes pauvres en glucides tentent d'influencer les normes nutritionnelles qui doivent être revues prochainement.