Le terme d'IA est parfois trompeur pour le grand public. | Alex Knight via Unsplash

Le terme d'IA est parfois trompeur pour le grand public. | Alex Knight via Unsplash

40%

C'est la part des start-ups européennes spécialisées dans l'intelligence artificielle qui, en réalité, ne développent pas d'IA.

Un rapport publié par le cabinet d'investisseurs MMC Ventures sur l'état de l'IA en 2019 révèle qu'une partie des start-up qui travaillent dans le domaine de l'intelligence artificielle sont en réalité faussement étiquetées. L'enquête porte sur 2.830 entreprises dans treize pays de l'Union Européenne. Le cabinet précise avoir étudié leurs activités, leur domaine de travail et leur financement.

Seulement 1.580 d'entre elles étaient conformes à l'appellation IA. «Dans 40% des cas, nous n'avons trouvé aucune mention de preuve de l'IA», affirme David Kelnar, responsable de la recherche à MMC Ventures. Il ajoute que «les sociétés dont les gens supposent et pensent qu'elles travaillent dans le domaine de l'IA ne le sont pas en réalité».

Kelnar précise que ces certaines ne se vendent pas nécessairement de leur plein gré comme appartenant à ce champ de recherche mais sont ainsi catégorisées par des sites analytiques tiers. L'étude ne précise pas combien d'entre elles sont au courant et ne signalent pas la confusion.

Un terme trop banalisé

«Je pense que dans la plupart des cas, [les start-ups] sont au courant de la façon dont elles sont répertoriées», estime Kelnar. Si rien n'est fait, c'est peut-être parce que le label IA est vendeur et parle facilement aux investisseurs. MMC Ventures indique que la mention «intelligence artificielle» pour qualifier une start-up suffit à attirer 15 à 50% de financements en plus comparé à d'autres entreprises. Kelnar considère ces chiffres comme «un reflet de la dynamique de l'offre et de la demande».

Le rapport détaille que les start-ups qui étudient vraiment l'IA l'appliquent à des domaines assez communs. La plupart développent des chatbots ou des outils destinés à la détection de fraudes.

Malgré cette légère confusion, Kelnar pense que l'Europe entre dans une «ère d'entrepreneuriat de l'IA», avec une nouvelle startup sur douze consacrée à ce champ de recherche.

En ce moment

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Tech

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Peu coûteuse et adaptable, cette machine taillée pour le jeu a aussi fait des miracles en sciences.

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

Et Cætera

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

De la lecture et des surprises pour votre samedi.

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Et Cætera

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'huii.