En Australie, la cocaïne est à près de 300 dollars le gramme. | Steve Buissinne via Pixabay 
En Australie, la cocaïne est à près de 300 dollars le gramme. | Steve Buissinne via Pixabay 

Sydney, nouvel eldorado des vendeurs de cocaïne

La consommation explose dans la ville et les bénéfices potentiels de la vente sont si importants qu’ils attirent les trafiquant·es du monde entier.

Les chiffres sont sans équivoque: le marché australien de cocaïne explose depuis quelques années, et c'est à Sydney que le phénomène est le plus visible.

Les derniers résultats d'analyses des eaux usées à travers le pays, effectuées par l'Australian Criminal Intelligence Commission, montrent que la consommation nationale de cocaïne a augmenté de plus de 50% entre 2016 et 2019. L'État de Nouvelle-Galles du Sud, dont la capitale est Sydney, en serait l'épicentre avec plus de la moitié de la consommation nationale sur son sol.

Comme le rapporte le Sydney Morning Herald, les habitant·es de Sydney consommeraient deux fois plus de cocaïne que celles et ceux de Melbourne et Brisbane, faisant de la ville la véritable capitale australienne de la substance.

Cette hausse de la consommation n'apporte rien de bon pour les personnes qui vivent à Sydney, où certains quartiers sont le théâtre d'incidents dûs au trafic. À Woollahra par exemple, une banlieue à l'est de la métropole, le nombre d'incidents impliquant de la cocaïne augmente en moyenne de 98,8% chaque année depuis deux ans, ajoute le journal australien.

Qui dit drogue illégale, dit aussi arrestations et saisies. À Sydney, les cas ne manquent pas et, récemment, 200 kg ont été saisies dans la banlieue de la ville.

Des prix exorbitants

L'importante présence de cette drogue en Australie s'expliquerait par l'intérêt accru des trafiquant·es sud-américain·es pour le pays. Et pour cause: les bénéfices de la vente de la cocaïne y sont faramineux comparés, par exemple, aux États-Unis.

Comme le rapporte Vice, un kilogramme de cocaïne aux États-Unis vaudrait environ 48.000 euros, contre 230.000 en Australie. À environ 266 euros le gramme, les rues de Sydney ressemblent à un véritable eldorado pour les dealers de cocaïne, qui sont prêt·es à traverser l'océan Pacifique afin de faire affaire.

Les chemins terrestres entre le Mexique et les États-Unis étant de plus en risqués, des traversées maritimes ont lieu. En 2017 par exemple, un yacht en route pour la Nouvelle-Galles du Sud a été arrêté avec 1,4 tonne de cocaïne à son bord, rapporte le média américain.

Les vendeurs et vendeuses d'Amérique du Sud ne seraient pas les seul·es à lorgner sur ce commerce des antipodes. Les trafiquant·es du Québec, où le kilo de cocaïne est six fois moins cher, exporteraient également des quantités massives de drogues dans le pays d'Océanie.

Un événement pourrait renforcer cette tendance: le coronavirus. Avec la crise sanitaire, les cartels peinent à vendre via leurs circuits classiques, notamment du fait de la fermeture des frontières. Le nombre de saisies a chuté aux États-Unis, et les narcotrafiquant·es semblent se résoudre à utiliser davantage les voies maritimes. L'attrait de vendre de la cocaïne à des prix bien plus élevés outre-Pacifique pourrait ainsi accentuer le phénomène.

En ce moment

Un PowerPoint qui tue, la fusée géante de la NASA, l'astuce pour tromper les GAFAM, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Un PowerPoint qui tue, la fusée géante de la NASA, l'astuce pour tromper les GAFAM, l'hebdo de korii.

Les dix meilleurs articles de la semaine, pour un dimanche sans une trace d'ennui.

Un polymère transforme vos déchets électroniques en or

Tech

Un polymère transforme vos déchets électroniques en or

Vos vieux ordis ou smartphones contiennent des trésors qui peuvent être extraits grâce à la chimie.

Grâce à ses batteries, le nouveau TGV japonais résiste aux séismes

Tech

Grâce à ses batteries, le nouveau TGV japonais résiste aux séismes

Le Shinkansen N700S -avec un «S» pour «suprême»- peut se déplacer même en cas de coupure de courant.