Un avion sri-lankais reconverti pour le transport de fret. | Shara S. Kodikara / AFP
Un avion sri-lankais reconverti pour le transport de fret. | Shara S. Kodikara / AFP

Transport aérien: quand le Botox et le fromage remplacent les humains

Exportations de mozzarella, de saumon, de seringues ou de masques renflouent (un peu) les compagnies aériennes.

Alors que le trafic aérien a chuté de près de 90% en septembre 2020 par rapport à l'an dernier, selon l'Association internationale du transport aérien (IATA), de nombreuses compagnies luttent pour leur survie.

Certaines proposent des «vols vers nulle part» en réponse à la fermeture des frontières, tandis que d'autres vendent des produits dérivés ou transforment leurs avions en cafétérias.

Mais le salut réside surtout dans le boom du fret, dont la demande reste vigoureuse, avec notamment les exportations de matériel médical et de nourriture.

Or, près de la moitié des marchandises transportées par avion empruntent en réalité des avions de ligne classique en temps normal. «Cela signifie que les passagers de retour de vacances en Grèce peuvent partager leur vol avec de la fêta ou du cabillaud», illustre le site CNBC.

Pénurie

La chute du trafic touristique affecte donc directement les capacités du transport cargo. Malgré l'accroissement du nombre de vols spécifiquement dédiés, la flotte d'avions cargo n'est pas indéfiniment extensible et les capacités de fret sont en baisse de 25% sur un an.

Ce qui fait mécaniquement grimper les coûts. Le prix du kilo de fret vers l'Europe a ainsi bondi de 150% en septembre par rapport à l'an dernier, tandis que celui vers les États-Unis en provenance de la Chine est passé à 4,2 euros en novembre, soit une hausse de 64% sur un an.

«Nous sommes tellement désespérés qu'on réserve n'importe quel vol disponible», se lamente le manager de La Espanola Meats, un importateur de jambon espagnol et autres produits alimentaires typiques.

Cette hausse des prix constitue une bouffée d'air pour les compagnies aériennes. La contribution du cargo au chiffre d'affaires de certaines compagnies bien positionnées sur ce marché, comme Air France et KLM, a plus que doublé par rapport à 2019.

D'autres compagnies ont redéployé des vols passagèr·es pour le transport de matériel électroménager, de vêtements, de poisson, de mozzarella italienne ou encore… de Botox. «Nous n'avons jamais transporté de telles quantités de Botox vers les États-Unis», s'étonne ainsi Roger Samways, vice-président de la branche fret d'américain Airlines.

Ce bouleversement du transport aérien n'est en tous cas pas une bonne nouvelle pour la planète. Les trajets cargo s'effectuent en effet sur de plus longues distances et avec des avions plus lourds et donc plus consommateurs de kérosène.

Selon une analyse du Royal Netherlands Aerospace Centre portant sur les vols au départ et à l'arrivée de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol (une des principales plaques tournantes du fret aérien mondial), les émissions de CO2 du secteur aérien ont baissé de seulement 55% entre mars et septembre 2020, alors que le trafic global enregistrait lui une chute de 67%.

À cela s'ajoute le fait que les vols passagèr·es affichent un taux de remplissage divisé par deux, ce qui double mécaniquement les émissions de CO2 par personne transportée.

En ce moment

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Biz

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Aux États-Unis, les promotions de fin novembre sont bien moins agitées que d'habitude.

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Tech

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Les magasins sont pris d'assaut à cause d'une pénurie.

La guerre des lobbies du «low carb»

Biz

La guerre des lobbies du «low carb»

Les partisans des régimes pauvres en glucides tentent d'influencer les normes nutritionnelles qui doivent être revues prochainement.