Un panneau affiche les vols retardés à l'aéroport Ronald-Reagan de Washington, le 18 janvier 2022. | Stefani Reynolds / AFP

Un panneau affiche les vols retardés à l'aéroport Ronald-Reagan de Washington, le 18 janvier 2022. | Stefani Reynolds / AFP

Les compagnies aériennes vont-elles tenir la cadence d'un été record?

«L'été de la revanche» risque d'être chaud.

Voyages repoussés, vacances annulées, vols impossibles, frontières fermées… Le Covid-19 a eu un effet désastreux sur le tourisme mondial. Maintenant que les restrictions sont allégées, les vacanciers vont enfin pouvoir gratter cette envie de voyage qui les démange depuis trois ans. À tel point que l'été 2022 a été rebaptisé «l'été de la revanche» par certains médias.

D'après la U.S. Travel Association, aux États-Unis, 85% de la population souhaitent se déplacer cet été, dont 48% plus de deux semaines. Après plusieurs étés de frustration, les vacanciers devraient aussi davantage dépenser qu'à l'ordinaire.

En Europe également, les tour-opérateurs ont constaté une forte reprise des réservations, plus nombreuses même qu'avant la crise. C'est une très bonne nouvelle pour le secteur du tourisme, mais il y a un hic: les compagnie aériennes ne sont pas certaines de pouvoir tenir la cadence.

Au plus fort de la crise, les compagnies aériennes ont réduit leurs effectifs à tour de bras afin de faire des économie. Seulement, maintenant que les affaires reprennent, elle tentent toutes d'embaucher en même temps, alors que l'industrie a perdu de son attractivité. Et cela ne concerne pas que les équipages de bord. À Orly et Roissy, 4.000 postes sont à pourvoir, notamment de techniciens de maintenance.

La revanche est un plat qui se mange froid

Résultat: lors du long week-end de l'Ascension, les aéroports ont peiné à assumer la reprise. En témoigne la situation chaotique à l'aéroport Schiphol d'Amsterdam, l'un des plus animés d'Europe, où des files immenses se sont formées à cause du manque d'agents de sécurité et de bagagistes.

Même scénario de l'autre côté de l'Atlantique, où les États-Unis célébraient le Memorial Day: pas moins de 2.800 vols ont été annulés pendant le week-end. Si une partie de ce marasme est à mettre sur le compte du mauvais temps, le manque de personnel est criant.

Ce cafouillage pourrait bien être un avant-goût de ce qui attend les voyageurs cet été. D'après le cabinet d'analyse en aviation Cirium, la capacité de vols domestiques des six principales compagnies aériennes aux États-Unis sera 8,3% inférieure à celle de 2019 pour le mois de juin et 6,6% pour juillet.

Selon Bloomberg, les passagers auront aussi jusqu'à deux fois plus de risques de voir leur vol retardé. Cet été, si vous le pouvez, préférez le train.

En ce moment

En Ukraine, le rôle vital de la CIA et des forces spéciales internationales

Tech

En Ukraine, le rôle vital de la CIA et des forces spéciales internationales

Dans le pays ou chez ses voisins, un réseau s'active pour aider Kiev à résister à la Russie.

La crise russe du code informatique: un grand bond en arrière

Tech

La crise russe du code informatique: un grand bond en arrière

Pour les logiciels de ses machines aussi, la Russie dépend totalement de l'Occident.

✈️ Des sièges à deux étages dans les avions 🌾 Le vol du blé ukrainien ⚛️ La fusion dans votre garage, hier sur korii.

Et Cætera

✈️ Des sièges à deux étages dans les avions 🌾 Le vol du blé ukrainien ⚛️ La fusion dans votre garage, hier sur korii.

Quatre articles pour comprendre le monde autrement.