Se faire battre par la concurrence, mais en croquer un bout quand même | Jannes Glas via Unsplash

Se faire battre par la concurrence, mais en croquer un bout quand même | Jannes Glas via Unsplash

Chez Uber, l'échec peut rapporter gros

À l'occasion de l'entrée en Bourse d'Uber, on a découvert comment sa toute-puissance lui a permis d'empocher des milliards de dollars en quittant certains marchés.

Les traders se préparent à l'assaut boursier de l'une des plus fameuses licornes de l'histoire, Uber. Fondée en 2009 à San Francisco par Travis Kalanick et Garrett Camp, la firme souhaite lever 10 milliards de dollars en actions [plus de 8,84 milliards d'euros], ce qui lui ferait atteindre une capitalisation boursière de 90 à 100 milliards de dollars [entre 79,5 et 88 milliards d'euros] à peine dix ans après sa naissance.

Et qui dit introduction en Bourse dit transparence sur les résultats: l'entreprise a dû rédiger un document à l'attention de la Securities and Exchange Commission (SEC) américaine et des investisseurs potentiels.

Beaucoup ont sauté sur l'occasion pour analyser les données transmises par la compagnie. On apprend entre autres que l'application est utilisée par 91 millions de personnes dans le monde, et que sa croissance semble ralentir.

Sans surprise, on découvre également qu'Uber n'est pas rentable, avec une perte opérationnelle d'un peu plus de 3 milliards de dollars en 2018 [2,65 milliards d'euros] pour un chiffre d'affaires global de 11,3 milliards de dollars [9,99 milliards d'euros].

Et comme Lyft avant elle, Uber annonce d'emblée aux gens qui aimeraient placer un petit billet sur son avenir qu'elle pourrait très bien ne jamais atteindre le seuil de rentabilité –précaution d'usage certes, mais précaution tout de même.

Perdre mieux pour gagner plus

Jusqu'ici, rien de tout à fait ahurissant pour les spécialistes qui suivent de près la vie complexe d'Uber. Le site TechCrunch a néanmoins concentré son attention sur des données plutôt surprenantes et assez signifiantes.

Le concept de l'entreprise et sa croissance initiale ont été suffisamment puissantes pour lui permettre de continuer à gagner de l'argent, ou du moins à augmenter sa capitalisation boursière, après s'être retirée de marchés pourtant cruciaux.

En quittant la Chine, la Russie ou l'Asie du Sud-Est, Uber y a tout de même laissé un pied et quelques intérêts: plutôt que d'engager des sommes monstrueuses dans une concurrence qu'elle n'était pas certaine de pouvoir surmonter, elle a échangé ce qu'elle laissait aux entreprises rivales contre des parts dans leur capital.

TechCrunch a calculé que ces participations et partenariats avec ses ex-ennemis Didi (Chine), Grab (Asie du Sud-Est) ou Yandex (Russie) s'élevaient à 12,5 milliards de dollars [un peu plus de 11 milliards d'euros], avec un gain net de 3 milliards de dollars [2,65 milliards d'euros] depuis les prises de participation.

Ce qui a été présenté comme des défaites constituait en réalité de petites victoires: Uber conserve un rôle et des parts dans les marchés qu'elle avait en apparence piteusement quittés, et profite même financièrement du fait d'avoir tourné le dos à une concurrence trop féroce.

En ce moment

L'avenir incertain du smartphone, une Tesla drôlement bricolée, nos os face à la technologie, c'était aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

L'avenir incertain du smartphone, une Tesla drôlement bricolée, nos os face à la technologie, c'était aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

La Tesla pick-up arrive (et Elon Musk n'y est pour rien)

Et Cætera

La Tesla pick-up arrive (et Elon Musk n'y est pour rien)

Avec un peu d'huile de coude et beaucoup d'humour, la YouTubeuse Simone Giertz a métamorphosé une Tesla Model 3.

Bientôt un lieu dédié aux personnes en situation de handicap dans un complexe e-sportif français

Et Cætera

Bientôt un lieu dédié aux personnes en situation de handicap dans un complexe e-sportif français

Pour la première fois dans l'Hexagone, le projet toulousain Icone consacrera un espace aux joueurs et joueuses non valides.