Toutes ces bicyclettes rouge sont destinées à la casse. | Bike Share Museum
Toutes ces bicyclettes rouge sont destinées à la casse. | Bike Share Museum

En pleine pénurie, Uber balance des dizaines de milliers de vélos à la décharge

La firme se débarrasse de sa division Jump.

Initialement publiées par le site spécialisé Bike Share Museum, ces photos et vidéos font mal au cœur à la fois au twitter vélotaffeur américain et aux adeptes de l'économie verte, circulaire et responsable –celles et ceux qui cumulent les deux attributs étant doublement écœuré·es.

Engluée dans la crise, Uber s'est débarrassée début mai de Jump, sa flotte déficitaire de vélos et trottinettes rouge vif en libre-service, transférée à son ex-concurrent Lime. Que faire alors des deux-roues allant de pair avec la société qui les louait?

Les mettre en vente ou en faire donation aurait pu constituer une option. Alors que la peur du Covid-19 éloigne logiquement beaucoup d'Américain·es des transports en commun, que les ventes de vélos, en particulier à assistance électrique, explosent dans le pays au point de créer des pénuries aggravées par la guerre commerciale avec la Chine, la décision aurait semblé logique.

Laisser à Lime le soin de trouver un usage à ces dizaines de milliers de bicyclettes vouées à l'abandon était, de manière tout aussi rationnelle, une autre option envisageable. Mais business is business et une grande partie du personnel de Jump ayant pris la porte alors que la négociation était signée, un transfert technologique complet était de facto rendu impossible.

Vulgaire féraille

Uber a quant à elle expliqué à Fast Company avoir pris la décision de proprement recycler les vélos, faisant face à de trop nombreux obstacles techniques ou légaux pour pouvoir procéder à des donations ou pour les revendre à bas prix au grand public.

Bike Share Museum raconte pourtant une tout autre histoire. Des ex-employé·es de Jump ont contacté le site pour lui confirmer que des containers entiers de vélos étaient en train d'être mis au rebut, placés en décharge, transformés en vulgaire féraille une fois les batteries retirées par une obscure société tierce, ce qu'explique en détail une enquête de Vice.

Le gâchis est incommensurable et difficile à chiffrer. Les informateurs du site semblaient s'accorder sur une somme de 20.000 unités, quand un thread reddit parle lui de 30.000 deux roues destinés à la poubelle.

Fondateur de Bike Share Museum, Kurt Kaminer s'étrangle de voir ces gaspillages arriver «au beau milieu d'une pandémie sans précédent qui a littéralement fait des vélos des objets de survie». «Même lourds, ils auraient pu servir de moyen de transport pour les nombreuses personnes que le Covid-19 a menées à la ruine», ajoute-t-il.

En ce moment

Un PowerPoint qui tue, la fusée géante de la NASA, l'astuce pour tromper les GAFAM, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Un PowerPoint qui tue, la fusée géante de la NASA, l'astuce pour tromper les GAFAM, l'hebdo de korii.

Les dix meilleurs articles de la semaine, pour un dimanche sans une trace d'ennui.

Un polymère transforme vos déchets électroniques en or

Tech

Un polymère transforme vos déchets électroniques en or

Vos vieux ordis ou smartphones contiennent des trésors qui peuvent être extraits grâce à la chimie.

Grâce à ses batteries, le nouveau TGV japonais résiste aux séismes

Tech

Grâce à ses batteries, le nouveau TGV japonais résiste aux séismes

Le Shinkansen N700S -avec un «S» pour «suprême»- peut se déplacer même en cas de coupure de courant.