Le pape François célèbre la fin du synode sur l'Amazonie dans la basilique Saint-Pierre de Rome le 27 octobre 2017. | Andreas Solaro / AFP
Le pape François célèbre la fin du synode sur l'Amazonie dans la basilique Saint-Pierre de Rome le 27 octobre 2017. | Andreas Solaro / AFP

Environ 45 millions d'euros du denier de Saint-Pierre servirait à équilibrer le budget du Vatican

Seuls 10% des dons recueillis reviendraient à des causes charitables, selon le Wall Street Journal.

Tous les 29 juin, les catholiques célèbrent la Solennité des saints Pierre et Paul, en l'honneur du martyre des deux saints. À cette occasion, les diocèses du monde entier organisent une grande quête afin de contribuer au denier de Saint Pierre.

Le denier de Saint-Pierre est un ensemble de dons que les fidèles catholiques envoient au Vatican afin, selon l'Église, de «soutenir les activités du Saint-Siège, ses œuvres missionnaires, ses initiatives humanitaires et ses actions de promotion sociale». Plus précisément, l'argent récolté sert à venir en aide aux «diocèses pauvres, instituts religieux démunis, et fidèles confrontés à de graves difficultés», mais aussi à «participer aux frais de fonctionnement» du Saint-Siège.

Mais des officiels anonymes du Vatican se sont inquiétés auprès du Wall Street Journal du fait que les catholiques qui font ces dons pourraient êtres induit·es en erreur, ou du moins entretenu·es dans une certaine ignorance relative à la répartition entre les deux objectifs de l'argent récolté.

Ce ne seraient en réalité que 10% du denier de Saint-Pierre qui seraient reversés à des causes charitables. Le reste des 50 millions d'euros environ récoltés chaque années servant à équilibrer le budget administratif du Vatican. Une réalité que l'Église évite de mettre en avant.

Un scandale de plus

Selon la loi vaticane, le pape a le droit de dépenser ces dons comme bon lui semble. Néanmoins, la nouvelle n'arrive pas au meilleur moment pour le Saint-Siège, dont les finances n'en finissent plus de soulever des questions. En novembre, le pape François avait reconnu un scandale de corruption qui, un mois plus tôt, avait conduit à plusieurs perquisitions.

Il a aussi été annoncé que René Brülhart, l'avocat Suisse chargé de lutter contre les activités financières et monétaires illégales, ne serait pas reconduit à son poste à la tête de l'Autorité d'information financière (AIF) du Vatican.

Tout en dénonçant la corruption, le pape avait tout de même tenu à défendre les investissements destinés à faire fructifier les dons annuels: «Quand l'argent arrive, je fais quoi? Je le mets dans un tiroir? Non, ce serait de la mauvaise gestion. Je cherche à faire un investissement.» Le Vatican est accusé depuis quelques mois d'être en grave déficit.

En ce moment

Les camions fantômes de Nikola, la bourde d'Intel, les pénuries du vaccin anti-Covid, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Les camions fantômes de Nikola, la bourde d'Intel, les pénuries du vaccin anti-Covid, l'hebdo de korii.

Dix articles pour mieux profiter de votre dimanche.

Entre SF et propagande: la conquête spatiale soviétique en images

Et Cætera

Entre SF et propagande: la conquête spatiale soviétique en images

Un livre retrace les décennies du magazine Teknika Molodezhi et ses illustrations futuristes qui ont marqué des générations de Russes.

La mort au bout du ransomware

Et Cætera

La mort au bout du ransomware

Une cyberattaque mal ciblée a paralysé un hôpital allemand et peut-être causé la mort d'une femme.