Certain·es analystes prophétisent la chute du dollar de son piédestal international. | Brendan Smialowsky / AFP
Certain·es analystes prophétisent la chute du dollar de son piédestal international. | Brendan Smialowsky / AFP

Vers la fin de la domination mondiale du dollar?

Goldman Sachs encourage les investisseurs à se tourner vers l'or.

C'est un point de vue minoritaire, mais influent: pour la banque d'investissement Goldman Sachs, le dollar pourrait perdre son statut de monnaie de réserve dans les échanges internationaux. En cause, la politique de relance économique du Congrès, couplée à la création monétaire de la Réserve fédérale, qui risquent selon elle de favoriser l'inflation.

L'avis de Goldman Sachs reflète toutefois une tendance observée sur les marchés. Inquiets de l'utilisation immodérée de la planche à billets (création monétaire) par la Réserve fédérale, de plus en plus d'investisseurs se détournent du dollar et achètent de l'or. En juillet, le dollar a perdu plus de 3% de sa valeur et, à l'heure où ces lignes sont écrites, il s'échange contre 0,84 euro.

«L'or est la monnaie de dernier recours, en particulier dans un environnement comme celui d'aujourd'hui, où les gouvernements dévaluent leurs monnaies fiduciaires et poussent les taux d'intérêt réels à des niveaux historiquement bas. [On constate] de réelles inquiétudes concernant la longévité du dollar américain en tant que monnaie de réserve», écrivent les analystes de Goldman Sachs.

Le dollar reste la monnaie de réserve

Le secteur financier américain ne s'est pas immédiatement alarmé des risques inflationnistes, mais cette période semble terminée. Ayant souffert de cette inflation en 2008, lors du plan de relance économique massif qui a suivi la crise financière (qu'il avait lui-même provoqué), Wall Street se montre plus méfiant.

«Le taux d'équilibre à dix ans, l'écart entre les rendements de la dette nominale et ceux liés à l'inflation, est passé à environ 1,51%, contre 0,47% en mars. Les rendements réels, qui éliminent l’impact de l’inflation, ont plongé encore en dessous de zéro –à environ -0,93% sur les obligations à échéance similaire», détaille Bloomberg.

L'agrandissement du bilan de la Fed (2,8 billions de dollars), sa politique de création monétaire, le niveau des taux d'intérêt et la relance économique risquent, selon Goldman Sachs, d'engendrer à moyen terme une inflation dépassant les 2%. Par conséquent, l'or, valeur refuge des investisseurs, pourrait passer de 1.950 dollars l'once [1.645 euros] à 2.300 dollars [1.941 euros] d'ici un an.

Néanmoins, le dollar reste utilisé dans 85% des échanges de devises et représente 63% des avoirs de réserve de change. La devise «n'est pas près de perdre son statut de monnaie de réserve étant donné la profondeur des marchés financiers et le volume impressionnant de transactions mondiales libellées en dollars américains», tempère Michael Krupkin, de Barclays.

En ce moment

Le Pentagone a «misérablement échoué» lors d'une guerre simulée contre la Chine

Tech

Le Pentagone a «misérablement échoué» lors d'une guerre simulée contre la Chine

Conclusion: tout est à revoir.

L'hydrogène rose, nouvelle arme d'EDF pour vendre ses centrales nucléaires

Tech

L'hydrogène rose, nouvelle arme d'EDF pour vendre ses centrales nucléaires

D'une pierre, deux coups.

Méga-incendie pour méga-batterie, les passeports canins du Brexit, le cynisme des influenceurs chinois, une journée sur korii.

Et Cætera

Méga-incendie pour méga-batterie, les passeports canins du Brexit, le cynisme des influenceurs chinois, une journée sur korii.

Quatre articles pour voir votre monde d'un autre œil.