426 mètres et beaucoup d'emmerdes. | Dimitry Anikin via Unsplash
426 mètres et beaucoup d'emmerdes. | Dimitry Anikin via Unsplash

Quand habiter dans un gratte-ciel de luxe se transforme en enfer

Fuites d'eau, grincements, oscillations, ascenseurs en panne: le 432 Park Avenue, c'est cher, mais c'est nul.

Avec sa silhouette élancée et ses 426 mètres de haut, le 432 Park Avenue fut brièvement l'un des plus hauts gratte-ciels résidentiels du monde, avant d'être détrôné par le Central Park Tower (lui aussi situé à New York) et ses 472 mètres.

Six ans après sa construction, l'immeuble accueillant de somptueuses suites et appartements, dont le plus haut a été vendu pour la modique somme de 88 millions de dollars (72,6 millions d'euros), fait l'objet d'un vif contentieux entre ses propriétaires et les développeurs du projet, CIM Group et Lendlease.

Dégâts des eaux dus à des ruptures de plomberie, ascenseurs en panne, murs qui se lézardent, bruits variés occasionnés par le vent... l'habitation dans la tour serait devenue un véritable enfer.

Le New York Times se fait ainsi l'écho de nombreux résidents se plaignant de malfaçons. Sarina Abramovich et son mari, qui ont fait fortune dans le pétrole, ont acquis un appartement dans cette tour luxueuse pour 17 millions de dollars en 2016, afin de servir de pied-à-terre pour rendre visite à leurs enfants.

Un achat qu'elle a regretté dès son installation. «Ils m'ont mise dans un monte-charge entouré de plaques d'acier et de contreplaqué. C'est comme ça que je suis montée à mon appartement», raconte la propriétaire.

Deux ans plus tard, deux fuites d'eau entraînent 500.000 dollars de dommages dans son appartement et l'immobilisation de la moitié des ascenseurs de l'immeuble. En 2019, un autre résident reste bloqué pendant près d'une heure et demie dans un ascenseur en raison du vent qui fait balancer les câbles.

Mal de l'air

Les forts vents peuvent aussi faire osciller la tour, qui peut alors se déplacer de 60 centimètres horizontalement à son sommet. De quoi donner le mal de mer –en l'occurrence le mal de l'air.

Les résidents se plaignent également du bruit, décrivant des grincements, claquements et cliquetis dans leurs appartements, ainsi que le vacarme d'un «toboggan qui ressemble à une bombe lorsque les déchets sont jetés dans le vide-ordures», d'après les notes d'une réunion de propriétaires datant de 2019.

Tous ces problèmes sont couplés à une hausse significative des dépenses: les charges ont grimpé de 40% en 2019 en raison des réparations et du renchérissement de l'assurance. Le restaurant de la tour, dirigé par le chef étoilé Shaun Hergatt, facture désormais ses services 15.000 dollars à l'année, contre 1.200 dollars à son ouverture en 2015.

Aujourd'hui, les propriétaires sont divisés en deux groupes, une quarantaine d'entre eux étant décidés à obtenir réparation et à faire baisser les coûts, tandis que d'autres qualifient de «malencontreuses» les tentatives de résidents de faire appel à un avocat contre les promoteurs.

«Chacun se déteste cordialement dans cet immeuble», dénonce Sarina Abramovich, qui reconnaît toutefois que ces problèmes de riches ne vont pas faire pleurer dans les chaumières.

Le gratte-ciel était finalement peut-être prédestiné: l'architecte uruguayen Rafael Viñoly, à l'origine de sa conception, avait affirmé s'être inspiré d'une poubelle.

En ce moment

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

Tech

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

L'intelligence artificielle fait fi du concept de «permanence des objets».

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Tech

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Beaucoup trop de bruit pour pas grand-chose.

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

Tech

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

On n'est jamais trop prudent.