Deux jeunes Nigérians consultent leur portable, en 2016 à Lagos. | Stefan Heunis / AFP
Deux jeunes Nigérians consultent leur portable, en 2016 à Lagos. | Stefan Heunis / AFP

En Afrique, la démocratisation des smartphones fait prospérer les jeux de hasard

De plus en plus faciles d'accès, les paris en ligne séduisent notamment les jeunes hommes du continent.

L'utilisation de smartphones en Afrique, notamment subsaharienne, est en pleine explosion. Selon le cabinet Deloitte, 660 millions d'Africain·es en seront équipé·es en 2020, le double par rapport à 2016.

Si ces appareils amènent avec eux leur lot d'avantages, ils traînent aussi dans leur sillage un effet peut-être moins désirable: la popularisation des jeux d'argent via téléphone, en particulier des paris sportifs.

D'après un sondage mené par GeoPoll en 2017, 54% des habitant·es d'Afrique subsaharienne âgé·es de 17 à 34 ans ont déjà parié de l'argent dans un jeu de hasard. Le Kenya est le pays le plus touché par cette tendance, avec plus de 76% des jeunes concerné·es.

GeoPoll s'est aussi aperçu que parmi ces jeunes, 75% utilisaient leur téléphone pour parier. Au Kenya, ce pourcentage s'élève à 96%.

Risques d'addiction

L'institut de sondage déclare même que «les téléphones mobiles sont le Las Vegas Africain» et que le phénomène «augmente en symbiose avec une population grandissante de jeunes, définie en partie par leur aise avec la technologie».

Si les jeux d'argent ne sont pas dangereux en soi, une étude publiée en février 2018 par les chercheurs Derrick Ssewanyana et Byron Bitanihirwe révèle qu'ils représentent en Afrique subsaharienne un réel problème de santé publique.

Pour des jeunes gens en proie à la pauvreté, les casinos de poche peuvent représenter une source supplémentaire de revenus. Mais dans un environnement peu régulé, la popularité des jeux de hasard et leur accessibilité multiplient les risques d'addiction.

Comme l'explique le chercheur Victor Odundo Owuor, il n'est pas aisé pour les gouvernements de lutter contre les jeux d'argent: toute une industrie s'enrichit grâce à ces paris, et elle pèse de tout son poids pour empêcher les réformes.

En 2018, lorsque le président ougandais Yoweri Museveni a décidé de ne plus délivrer ni renouveler aucune licence des entreprises de jeux de hasard, il a dû faire face à une féroce opposition des acteurs du marché, dont la puissante American Gaming Association.

Geopoll indique que l'industrie des jeux d'argent connaît parfaitement son public cible et vise en particulier les jeunes hommes, plus susceptibles de succomber au démon du jeu.

En ce moment

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Tech

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Peu coûteuse et adaptable, cette machine taillée pour le jeu a aussi fait des miracles en sciences.

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

Et Cætera

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

De la lecture et des surprises pour votre samedi.

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Et Cætera

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'huii.