La salle des bijoux du musée Grünes Gewölbe, à Dresde. | Sebastian Kahnert / AFP
La salle des bijoux du musée Grünes Gewölbe, à Dresde. | Sebastian Kahnert / AFP

Près d'un milliard d'euros de bijoux dérobés (et aucune assurance)

Le 25 novembre, trois parures du XVIIIe siècle ont été subtilisées dans un musée de Dresde, en Allemagne.

Le 25 novembre à l'aube, des monte-en-l'air ont pénétré dans le musée Grünes Gewölbe à Dresde, où ils ont dérobé plusieurs bijoux anciens. Leur valeur est difficile à estimer étant donné leur intérêt historique, mais selon le quotidien allemand Bild, le montant du butin approcherait le milliard d'euros.

Pour ne rien arranger, le collier de perles, la dague incrustée de diamants et les autres précieuses œuvres de joaillerie volées n'étaient pas assurées. Le Grünes Gewölbe est un musée public, le propriétaire des trésors qu'il renferme est donc l'État de Saxe, qui n'a fait que suivre la procédure habituelle.

Les frais d'assurance pour ce type de biens sont d'ordinaire tellement chers que sur le long terme, ils excèdent largement les dommages éventuels, a expliqué le ministère des Finances du Land.

«Le budget des musées publics est limité», indique à Bloomberg Julia Ries, directrice de la branche art et bijouterie de l'assureur allemand Ergo. Par conséquent, les musées assurent les pièces qu'ils prêtent temporairement à d'autres institutions, mais pas forcément celles qui restent dans leurs collections permanentes.

«Vous ne pouvez pas remplacer une telle collection, que ce soit en valeur monétaire, artistique ou historique, poursuit Ries. Si les bijoux ne sont pas retrouvés, cette partie de la collection sera perdue pour toujours.»

5 minutes chrono

Autant dire que la police locale est sous pression pour les retrouver. Manque de chance pour elle, les cambrioleurs semblent être particulièrement bien organisés: l'intégralité de l'opération de cambriolage n'aurait duré que quelque minutes.

Lundi peu avant 5 heures du matin, un générateur électrique a été incendié, coupant l'éclairage public ainsi que les alarmes du musée. Au même moment, les voleurs pénétraient dans le musée en découpant un grillage métallique puis en fracturant une fenêtre.

Alors qu'ils brisent les présentoirs à bijoux à la hache, des gardiens préviennent la police. À 5h04, cette dernière arrive sur les lieux, mais les bandits se sont déjà volatilisés.

Seize patrouilles de police sont envoyées dans toute la ville à la recherche d'une Audi A6, suspectée d'être la voiture avec laquelle les voleurs se sont échappés. À 5h15, la police est avertie qu'une Audi A6 est en train de brûler dans un parking souterrain. On espère qu'elle était assurée.

En ce moment

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Tech

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Peu coûteuse et adaptable, cette machine taillée pour le jeu a aussi fait des miracles en sciences.

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

Et Cætera

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

De la lecture et des surprises pour votre samedi.

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Et Cætera

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'huii.