La Chine de Xi Jinping est loin d'être désarmée face aux États-Unis de Donald Trump. | Brendan Smialowski via AFP
La Chine de Xi Jinping est loin d'être désarmée face aux États-Unis de Donald Trump. | Brendan Smialowski via AFP

L'atout à 1.000 milliards de la Chine face aux États-Unis

Il pourrait être utilisé en réponse à la guerre commerciale menée par Donald Trump.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine monte en puissance. L'administration Trump a une fois de plus menacé d'imposer des droits de douane sur presque toutes les exportations chinoises et Pékin a réagi en dévaluant sa monnaie, afin de baisser la valeur de ses exportations et de résister à ces éventuelles nouvelles taxes.

Une arme menaçante...

Face à ces nouvelles menaces, la Chine s'est déclarée prête à se battre, si nécessaire. Et elle le fera avec ses armes économiques. Ce levier que le gouvernement chinois pourrait utiliser s'élève à plus de 1.000 milliards de dollars.

La Chine possède en effet un butin de titres de dette américaine s'élevant à 1.120 milliards de dollars (1.000 milliards d'euros). Le pays est, après la Réserve fédérale américaine, le premier créancier des États-Unis, devant le Japon. Une position qu’elle a construite au fil des années, lorsqu’il fallait recycler les gigantesques excédents extérieurs du pays.

Pour se défendre face à l'obsession de Trump, Pékin pourrait ainsi déclencher une panique sur les marchés obligataires en se débarrassant d'une partie des titres qu'il détient.

Tu m'embêtes sur le commerce? Je ne finance plus ton déficit. En se séparant de ses titres de dette américaine, la Chine pourrait créer un choc sur les taux d'intérêt, qui forcerait une Amérique en plein dérapage budgétaire à payer plus cher pour emprunter.

Si Xi Jinping décidait de suivre cette voie, cela entraînerait une chute du dollar –donc une augmentation des coûts d'importation pour les États-Unis– ainsi qu'une forte remontée des taux d'intérêt pour les entreprises, pour les individus et l'ensemble de l'économie américaine. Un phénomène qui aurait pour conséquence de freiner drastiquement la croissance économique du pays.

...mais des résultats douteux

En réalité, une telle décision comporte de gros risques. L'abandon des bons du Trésor américain pourrait être contre-productif. Si Pékin donne le coup d'envoi d'une vente au rabais d'obligations américaines, elle réduirait, du fait de la chute du dollar, la valeur de ses titres restants. Et la Chine a besoin de ces réserves pour défendre sa monnaie et pour la faire varier en fonction des conjonctures.

De plus, le fait que la Chine possède cet imposant magot rassure et attire les investissements étrangers sur les marchés boursiers et obligataires. S'en séparer minerait tous les efforts déployés par le pays.

Enfin, la menace sur l'économie américaine pourrait être plus limitée qu'espéré. Dans un rapport présenté au Congrès en 2012, le Département de la Défense a souligné, comme le rapporte CNN, que la Réserve fédérale est «pleinement capable» d'acheter les bons du Trésor américain que la Chine injecterait sur le marché, ce qui limiterait les conséquences d'une telle action.

En ce moment

Le survivalisme des ultra-riches, les miracles du CBD, un open-space de l'enfer, une semaine sur korii

Et Cætera

Le survivalisme des ultra-riches, les miracles du CBD, un open-space de l'enfer, une semaine sur korii

De quoi bien occuper votre dimanche.

Du mieux pour les trottinettes, du rififi dans la vape, les deepfakes pour les nuls, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Du mieux pour les trottinettes, du rififi dans la vape, les deepfakes pour les nuls, aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

Les deepfakes pour les nuls, c'est pour (très) bientôt

Tech

Les deepfakes pour les nuls, c'est pour (très) bientôt

Des deepfakes open source et prêts à l'emploi, c'est pour demain et ils risquent d'en rajouter dans le chaos existant.