Les planètes meurent aussi. | David Menidrey via Unsplash
Les planètes meurent aussi. | David Menidrey via Unsplash

La nécroplanétologie, médecine légale de l'univers

Cette discipline méconnue peut nous éclairer sur la mort à venir du Soleil.

Encore inconnu il y a quelques années, le terme «necroplanetology» est depuis peu utilisé par la communauté scientifique anglophone. Si les cosmographes sont les cartographes de l'univers, les nécroplanétologues en sont les médecins légistes.

Association du mot grec nekros, lié à la mort et du mot planète, cette nouvelle sous-discipline de l'astronomie étudie la mort des objets célestes, pour mieux comprendre ceux encore bien vivants.

Tout commence en 2015, quand les astronomes remarquent un étrange phénomène. L'objet de leurs observations, une étoile naine blanche, située à 570 années-lumière de la Terre, s'assombrit à un rythme irrégulier, répétant le même schéma toutes les cinq heures environ, suggérant l'existence de plusieurs dizaines de corps en orbite.

Peu de temps après, c'est l'évidence: l'étoile naine est en train de mourir, emportant tout sur son passage. La gravité de l'étoile éteinte déchiquette et dévore tous les corps célestes en orbite autour d'elle… Y compris les planètes. Un mécanisme d'une violence inouïe, connu sous le nom de perturbation par effet de marée.

Les chercheurs mettent alors au jour ce qui ressemble à un système planétaire en cours de démolition. Ces observations étayent selon eux une théorie développée voici plusieurs années quant aux processus à l'œuvre à la fin de vie des étoiles. Cet astre, WD 1145 + 017, aussi surnommé «étoile de la mort», est maintenant utilisée comme preuve de concept pour ce nouveau domaine d'étude astronomique.

Les mondes engloutis

Mais d'ailleurs, qu'est-il censé arriver à notre Soleil une fois proche de la fin? Lorsqu'une étoile arrive dans la dernière étape de sa vie, elle gonfle jusqu'à devenir une géante rouge, en éjectant son enveloppe externe.

Petit à petit, son cœur se contracte pour devenir plus petit et plus chaud: elle devient une naine blanche. Sa surface se compose alors exclusivement d'hydrogène et d'hélium. Dès que l'hydrogène s'épuise, le processus de mort de l'étoile s'enclenche: à court de carburant, son noyau s'éteint, et les planètes autour avec elle.

Pour le Soleil, ce processus devrait commencer d'ici 5 milliards d'années, pour se terminer dans 7 milliards d'années. Alors, la Terre sera-t-elle emportée dans le sillage destructeur de son étoile devenue naine blanche?

A priori, à ce moment, la planète bleue sera déjà devenue inhabitable depuis bien longtemps: dans sa phase de géante rouge, l'étoile produira plus de luminosité, donc de chaleur, dans un rayon 200 fois plus important qu'actuellement.

Il y a donc de fortes chances que la Terre ressemble à un désert inhospitalier quand le Soleil s'éteindra. La nécroplanétologie nous en dira sûrement plus sur notre sort d'ici quelques années.

En ce moment

🔫 De l'importance des gros canons 💣 Le coup d'État contre Poutine 🐦 Elon Musk qui plombe Twitter: l'hebdo de korii.

Et Cætera

🔫 De l'importance des gros canons 💣 Le coup d'État contre Poutine 🐦 Elon Musk qui plombe Twitter: l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour voir le monde d'un autre œil et chasser l'ennui de votre dimanche.

🔥 Et si l'Ukraine envahissait la Russie? ⚡ Les douteux lasers russes anti-drones 🏃 La course à l'exaflop, hier sur korii.

Et Cætera

🔥 Et si l'Ukraine envahissait la Russie? ⚡ Les douteux lasers russes anti-drones 🏃 La course à l'exaflop, hier sur korii.

Quatre articles pour comprendre le monde autrement.

Supercalculateurs: les États-Unis courent derrière une Chine triomphante

Tech

Supercalculateurs: les États-Unis courent derrière une Chine triomphante

Géopolitique et concours de bits.