Les pistolets thermiques sont l'une des armes essentielles de la guerre contre le Covid-19. | STR / AFP

Les pistolets thermiques sont l'une des armes essentielles de la guerre contre le Covid-19. | STR / AFP

En Chine, les escrocs ciblent les thermomètres infrarouges

Indispensables pour lutter contre le coronavirus, les précieux appareils sont l'objet d'arnaques en ligne.

Après les masques sanitaires et le gel hydroalcoolique, les escrocs de l'internet chinois font désormais leur beurre sur la vente de pistolets thermiques (ou thermomètres infrarouges), avec parfois des dizaines de milliers d'euros soutirés de manière frauduleuse.

Spécialisé dans l'actualité technologique chinoise, le site Abacus rapporte que les victimes de cette nouvelle fraude au thermomètre vivent dans différentes villes mais racontent des histoires similaires.

À Nankin, une importante métropole de la province du Jiangsu, les autorités affirment qu'un homme surnommé Tan a transféré 200.000 yuans [plus de 25.000 euros] en ligne, via un site de vente d'objets d'occasion, pour se procurer des pistolets thermiques qu'il n'a jamais reçus.

À Shenzhen, la police atteste qu'un homme a payé 60.000 yuans [7.600 euros] à un prétendu vendeur sur l'application WeChat, pour finalement recevoir une boîte de petits snacks.

Des cas similaires ont été signalés dans de multiples provinces du pays, notamment celle du Hubei, épicentre de la pandémie. L'une de ces arnaques a même atteint la somme de 3 millions de yuans [381.000 euros].

Prise obligatoire de température

La situation épidémique impose l'omniprésence des contrôles: aujourd'hui en Chine, aucune usine ne démarre sans soumettre son personnel au pistolet thermique et les autorités vérifient constamment si les citoyen·nes ont de la fièvre.

Grâce à leur fonctionnement optique et de surface, les thermomètres infrarouges permettent de prendre la température rapidement et simplement. Au-delà de 37,3°C, les personnes sont mises à l'écart et transportées à l'hôpital.

De véritables checkpoints ont été mis en place à l'entrée de certaines zones, résidentielles ou professionnelles. «Je pense que j'ai été conditionné par l'utilisation du pistolet thermique. Un homme au supermarché se préparait à scanner le code barre d'un produit, quand j'ai involontairement tourné ma tête vers lui», narre avec humour un utilisateur de Weibo.

Contrairement aux masques de protection, les capteurs utilisés sur les thermomètres ne sont pas fabriqués en Chine, ce qui a provoqué une explosion des prix, multipliés «au centuple» selon la banque d'investissement Dongxing Securities.

Ces appareils sont utilisés car ils ne nécessitent pas de toucher la peau: l'idéal pour des autorités souhaitant éviter les contacts directs afin de limiter la propagation du virus. Malheureusement, les pistolets thermiques sont considérés comme moins fiables que les thermomètres électroniques et une prise de température auriculaire ou rectale.

En ce moment

Les camions fantômes de Nikola, la bourde d'Intel, les pénuries du vaccin anti-Covid, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Les camions fantômes de Nikola, la bourde d'Intel, les pénuries du vaccin anti-Covid, l'hebdo de korii.

Dix articles pour mieux profiter de votre dimanche.

Entre SF et propagande: la conquête spatiale soviétique en images

Et Cætera

Entre SF et propagande: la conquête spatiale soviétique en images

Un livre retrace les décennies du magazine Teknika Molodezhi et ses illustrations futuristes qui ont marqué des générations de Russes.

La mort au bout du ransomware

Et Cætera

La mort au bout du ransomware

Une cyberattaque mal ciblée a paralysé un hôpital allemand et peut-être causé la mort d'une femme.