Tout le monde n'a pas forcément les capacités pour se servir du fourbi numérique. | Connor Wang via Unsplash
Tout le monde n'a pas forcément les capacités pour se servir du fourbi numérique. | Connor Wang via Unsplash

Chine: les laissés-pour-compte de la révolution numérique post-Covid

Le pays a accéléré sa transition vers le tout en ligne, laissant sur le carreaux nombre de seniors.

En Chine, l'épidémie de coronavirus et le confinement ont accéléré de façon fulgurante la digitalisation de l'économie. Aujourd'hui, il faut par exemple montrer un QR code «vert» (indiquant que l'on est exempt de virus) sur son téléphone pour entrer dans une boutique ou une banque, pour voyager entre les provinces ou utiliser les transports en commun dans plusieurs villes.

Le paiement sur mobile est devenu incontournable, certains supermarchés n'acceptant plus que ce mode de paiement. Même les hôpitaux imposent une réservation en ligne via une application mobile.

Tout cela fonctionne parfaitement dès lors que l'on dispose d'un équipement adapté. Malheureusement, de nombreuses personnes âgées, peu familiarisées avec ce genre d'outil, se retrouvent sur le bord du chemin.

À 72 ans, Wang Yingru, qui vit seul à Shenzhen, se retrouve complètement bloqué dans sa vie quotidienne. Il lui est désormais impossible d'aller prendre un rendez-vous directement à l'hôpital ou de payer en espèces au petit supermarché du coin comme il en avait l'habitude, raconte le South China Morning Post.

L'un de ses enfants a dû lui installer un porte-monnaie électronique sur son téléphone afin qu'il puisse faire ses achats, mais il ne peut toujours pas réserver un taxi ou transférer de l'argent à un proche.

À marche forcée

Conscient du problème, le Conseil des Affaires d'État chinois (le pouvoir exécutif) a initié un programme destiné à aider les plus âgés à se servir des nouvelles technologies.

Alors qu'autrefois les programmes d'apprentissage portaient sur le moyen d'envoyer un message WeChat ou de créer un album musical, on enseigne désormais comment utiliser un QR code ou prendre un rendez-vous en ligne.

«Nous sommes passés d'un usage récréatif à un usage forcé», constate Sui Mingzhe, qui dirige une association caritative pour les personnes âgées. Force faisant nécessité, le nombre d'utilisateurs chinois âgés de services mobiles s'est accru de 36 millions entre mars et juin, soit 10,3% de cette classe d'âge qui est aujourd'hui connectée.

Les fabricants de téléphone comme Huawei, Xiaomi, ou Oppo ont également repéré la faille (ou l'opportunité?) et proposent tous des modes «senior», avec des icônes plus grosses et du texte plus lisible.

Alibaba a lancé des cours sur Internet pour apprendre à se servir d'un téléphone et dispose d'un service d'aide dédié aux plus âgés. Sur WeChat, les enfants peuvent gérer les comptes de leurs parents âgés, notamment vérifier leur assurance santé.

Mais tout le monde n'a pas forcément les capacités pour se servir de ce fourbi numérique. Incapable de sortir de chez lui durant la crise sanitaire parce qu'il ne disposait pas de son fameux QR code, Zhang Baohua, un vendeur de rue de 78 ans, a dû baisser les bras et préféré rester cloîtré.

En ce moment

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

Tech

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

L'intelligence artificielle fait fi du concept de «permanence des objets».

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Tech

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Beaucoup trop de bruit pour pas grand-chose.

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

Tech

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

On n'est jamais trop prudent.