Donald Trump a aidé à populariser le poison. | Mika Baumeister via Unsplash
Donald Trump a aidé à populariser le poison. | Mika Baumeister via Unsplash

Comment l'«Église de la Javel» a gagné des fortunes en faisant boire du détergent à ses fidèles

La MMS, un produit à base de chlorite de sodium, était vendue par une secte américaine comme une panacée.

En avril 2021, Donald Trump a horrifié la communauté médicale en suggérant que le Covid-19 pourrait être soigné en injectant du désinfectant. D'où lui était venu cette idée? Cela fait des années que des charlatans vendent ce genre de produits dangereux pour guérir tout et n'importe quoi.

L'un d'entre eux se nomme Jim Humble. En 1996, l'Américain, alors prospecteur d'or, affirmait avoir guéri des cas de malaria en «purifiant» de l'eau avec du chlorite de sodium, un mélange détergent.

Il baptise alors le mélange «Solution Mineral Miracle», souvent abrégé MMS en anglais. Bien que l'efficacité de ce produit n'ait jamais été prouvée et que le catholicon promis revienne à boire de la Javel, Humble décide de le commercialiser en prétendant qu'il peut tout guérir, du cancer au sida en passant par l'autisme et le rhume.

En 2010, Mark Grenon, un homme ayant longtemps tenté de fonder sa propre Église à Boston puis en République dominicaine, propose à Humble de vendre la MMS depuis les États-Unis via sa structure religieuse, la Genesis II Church of Health and Healing. D'après Grenon, détaille une enquête de Bloomberg, l'idée était que leur business serait ainsi protégé par la constitution, qui garantit la liberté religieuse.

20 dollars les 1,18 centilitres

Les deux hommes établissent donc leur Église en Floride et s'auto-proclament archevêques. Pour un don de 20 dollars (16,8 euros) à la Genesis II Church of Health and Healing, que les médias ont surnommée la «Church of Bleach» («l'Église de la Javel»), les fidèles peuvent recevoir une bouteille de 118 millilitres d'«eau purifiante sacrée». Pour 450 dollars (379,7 euros), ils peuvent apprendre à fabriquer le produit et être autorisés à le vendre.

Les deux hommes dégagent à l'époque 100.000 dollars (84.300 euros) par an et leur produit se répand dans le monde entier, notamment grâce à des groupes Facebook où ce poison est vanté comme une panacée.

S'il est impossible de savoir combien d'entre eux sont dûs à la MMS, 16.000 personnes ont souffert d'un empoisonnement au chlorite de sodium aux États-Unis entre 2014 et 2019. Plusieurs décès et hospitalisations, y compris d'enfants, peuvent directement être liés au produit d'Humble et Grenon.

Malgré le départ de Humble en 2016 et son désaveu du produit, «l'Église de la Javel» a continué à prospérer en vendant sa solution sous divers noms, partout sur internet, sans que les autorités sanitaires ne parviennent à endiguer le fléau.

Le phénomène empire en 2020. Les fausses cures se répandent en même temps que le Covid-19 et Grenon saute sur l'occasion. Alors que l'Église gagnait selon Bloomberg environ 30.000 dollars (25.300 euros) par mois, le virus et la déclaration de Donald Trump ont pour effet de faire tripler les ventes.

Finalement, Grenon a été arrêté en Colombie après que la police a perquisitionné le siège de son Église le 8 juillet 2020 dans le cadre de l'opération Quack Hack, menée par les autorités américaines contre les fausses cures anti-Covid. L'Église garde néanmoins des fidèles: comme l'explique Bloomberg, le MMS est toujours largement distribué dans le monde entier.

En ce moment

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

Biz

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

L'occasion fait le larron.

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Tech

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Le module russe Nauka a donné quelques sueurs très froides à la Nasa.

«Link rot»: quand le web pourrit de l'intérieur

Et Cætera

«Link rot»: quand le web pourrit de l'intérieur

Des pans entiers du savoir humain tombent dans l'oubli.