C'est rigolo sur TikTok, beaucoup moins pour le personnel dont c'est le travail. | Asael Peña via Unsplash

C'est rigolo sur TikTok, beaucoup moins pour le personnel dont c'est le travail. | Asael Peña via Unsplash

Comment TikTok rend fous les baristas de Starbucks

Une drôle de mode aux grandes conséquences.

De la gaufre recouverte de sucreries en tout genre au Bloody Mary accompagné d'un repas entier en guise de garniture en passant par les Frappuccino arc-en-ciel, il n'y a rien que les réseaux sociaux aiment tant que la nourriture inutilement alambiquée, taillée davantage pour multiplier les likes que pour faciliter la dégustation.

Ajoutez à cela le fonctionnement des modes sur TikTok, qui poussent ses adeptes à imiter ce qu'ils ont vu sur des comptes plus populaires, et vous obtenez le cauchemar du personnel qui est employé dans la restauration.

Une barista employée par Starbucks publiait ainsi récemment sur twitter le ticket de commande d'un Frappucinno au caramel comptant pas moins de treize modifications à la fois précises et fantaisistes, dont cinq bananes et un nombres précis de pressions sur le distributeur de caramel.

Comme l'a noté Buzzfeed, des dizaines de baristas ont à leur tour témoigné des desiderata d'une clientèle avide de mixtures exotiques nécessitant des dizaines de modifications chronophages alors que le temps de préparation des breuvages dans le métier est minuté.

Cette mode vient en partie de TikTok où des internautes, souvent eux-même employés de Starbucks, inventent des boissons complexes et montrent comment les préparer. Mais Starbucks ne voyant pas d'inconvénient à ce que sa clientèle puisse modifier les recettes originelles à l'envi, ces préparations maisons prennent vie dans les échoppes de nos villes et les boissons TikTok les plus populaires sont ensuite réclamées aux baristas.

Starbucks en redemande

«Certaines personnes arrivent au milieu du coup de feu et jouent une vidéo devant le haut-parleur du drive, alors qu'ils ne savent même pas ce qu'il y a dans la boisson», explique un barista cité par In The Know.

Comme toutes les trends TikTok, celle des boissons Starbucks a ses stars, dont Anna Sitar, TikTokeuse aux 9,5 millions d'abonnés, qui décrit au volant de sa voiture les boissons sur-mesure qu'elle commande chaque jour.

Si une partie du personnel de Starbucks s'exaspère de la popularité de ces «TikTok drinks», l'entreprise accueille cette tendance avec plaisir. Elle accompagne en effet parfaitement la modification de la nature des boissons que propose l'enseigne ces dernières années, toujours plus éloignées du simple café noir sur lequel elle a assis sa popularité.

En décembre 2020, l'entreprise annonçait qu'elle avait pour la première fois de son histoire vendu plus de boissons froides que chaudes, y compris pendant la période hivernale. Or, le genre de boissons popularisées par TikTok –glacées, fruitées et extrêmement sucrées– cadrent parfaitement avec cette évolution.

Pendant la pandémie, Starbucks a ouvert des boutiques destinées uniquement à distribuer des commandes effectuées via son application mobile, laquelle insiste fortement pour que la clientèle choisisse de customiser les boissons proposées à la vente: la fatigue du personnel fait la fortune de l'entreprise qui l'emploie, qui désormais fait même face à de sérieux problèmes de pénuries d'ingrédients.

En ce moment

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Et Cætera

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Quatre articles pour jeter un autre regard sur le monde.

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Tech

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Produire sa nourriture dans des trous, c'est le concept audacieux de GreenForges.

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

Tech

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

La vitesse du vent a tendance à s'affaiblir sous les latitudes tempérées, ce qui compromet le potentiel des éoliennes.